Archives mensuelles : mai 2019

Séance 10 : « Quand les monstres font la loi : Sade / Stoker » – Maël Baussand et Amirpasha Tavakkoli – 29 mai 2019

Programme de la séance

— Lundi 27 mai, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon –

Maël BAUSSAND (Paris 3 – CERC) : « Dracula. Mécanique des fluides et roman des angoisses circulatoires »

Amirpasha TAVAKKOLI (EHESS – Cespra) : « De l’interdit au commandement. La démarche sadienne »

Résumé :

La thématique du monstre nous permet de penser les rapports entre littérature et interdit, par la description de fantasmes et de désirs que la loi réprime ou condamne. En rapprochant les figures du marquis de Sade et de Dracula, nos deux intervenant.e.s interrogeront la représentation littéraire de la sexualité monstrueuse et ses rapports avec la norme et la loi.

Dans Dracula, Maël BAUSSAND nous invite à déchiffrer l’apparition, la manipulation symbolique et la circulation des fluides corporels (menstrues, sperme et lait). Le roman représente, en les exacerbant, les croyances misogynes de l’époque de Bram Stoker et les angoisses victoriennes qu’elles véhiculent. Le contrôle et la répression du corps féminin s’y traduisent par la lutte contre le monstre vampirique, incarnation d’une menace venue des marges.

Pour Amirpasha TAVAKKOLI, la transgression de toute loi devient la maxime conductrice dans les romans de Sade, mais elle est essentiellement basée sur le principe de « jouir de l’autre ». Entre l’idéal libertin et l’idéalisation de l’horreur, la sacralisation du mal est-elle un moyen de briser l’emprise des lois morales, ou impose-t-elle un commandement absolu empêchant l’accomplissement d’une éthique libertaire ?

Cette dixième séance nous invite à penser de manière complexe une politique du texte littéraire, où l’inscription du « droit illimité de la monstruosité toute-puissante » (Foucault, La volonté de savoir) génère des effets distincts, entre lignes de fuite – devenir-totalitaire d’une sacralisation de la transgression, – et débordement d’une séduisante et dangereuse « esthétique du trouble », non moins porteuse d’enjeux critiques.

Séance 9 : « Au-dessus des lois. Légitimité des justiciers ». Joanne Vrignaud et Siegfried Würtz – 13 mai 2019

— Lundi 13 mai, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon —

Joanne VRIGNAUD, Université Paris-Sorbonne – « ‘Never compromise’ : transgresser l’ordre établi dans la contre-utopie autoritaire de Watchmen »

Siegfried WÜRTZ, Université de Bourgogne Franche-Comté – « Quand les Dieux font la police : trouble dans la constitutionnalité du super-héros »

Résumé :

Le super-héros est un hors-la-loi, c’est-à-dire qu’il se place « au-dessus » de toutes les règles censées protéger la société… dont il s’affirme pourtant le premier défenseur. Que faire de ce paradoxe ? L’idéal politique qu’incarne le super-héros n’est-il pas une légalité dégradée en « droit du plus fort », c’est-à-dire un fascisme ? Sur quoi repose sa conception de la justice ?

Dans Watchmen, Alan Moore invente une figure paradoxale du vigilante qui réinvente les rapports entre le super-héros et la justice en les problématisant. D’après JOANNE VRIGNAUD, ces personnages sont invariablement voués à échouer dans leur combat contre le totalitarisme, car leur conception de la justice les conduit en réalité à perpétuer l’ordre qu’ils voulaient combattre. Résoudre cette aporie ne se fait au prix qu’une transgression ultime, qui ôte au super-héros toute légitimité morale. Plus que sur la justice, la véritable influence du super-héros sur le monde ne se fonderait-elle pas sur un rapport à la fiction ?

Pour SIEGFRIED WÜRTZ, le super-héros est un fasciste qui se croit démocrate. Fort de cette mystification, il fonde son droit à outrepasser tout droit sur une légalité supérieure, un bien commun invincible, pourtant défini à l’aune de sa seule expérience et de sa subjectivité. Si cette lutte sans mandat contre le crime peut être considérée comme un fascisme, est-il possible de replacer le super-héros dans un système juridique, voire une « constitutionnalité » porteuse d’une portée démocratique profonde ?