Séance 4 – “Géopolitique critique des criminalités : le paradigme légal-illégal au prisme des représentations fictionnelles” – Avec Fabrice Rizzoli (Sciences Po Paris) – Lundi 13 janvier, 17h-19h, 4 rue des Irlandais, salle Mezzanine

La séance aura lieu le lundi 13 janvier de 17h à 19h en salle Mezzanine (Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais). Nous vous invitons aussi à découvrir ci-dessous l’intitulé des 3 premières séances du second semestre. 

A Sciences Po Paris, Fabrice Rizzoli propose un enseignement de la géopolitique de la grande criminalité à partir des représentations fictionnelles contemporaines (cinéma et télévision). Tout en étant des représentations, les fictions étudiées n’en présentifient pas moins leur objet auprès de leur public : de quelles manières resignifient-elles des réalités absentes du quotidien du spectateur ? Et quels savoirs contiennent-elles, susceptibles de bouleverser les partages consensuels du légal et de l’illégal ? En circulant entre la représentation et l’analyse, on abordera donc les enjeux d’un usage des fictions à thème criminel comme outil didactique et support d’une géopolitique critique des criminalités mafieuses. C’est pourquoi, à côté des rapports entre fiction et réalité, on s’intéressera aussi à ce qui se joue dans la réception partagée de ces fictions, du côté de l’enseignant et du côté des étudiants qui découvrent la criminalité organisée par ce médium. Qu’est-ce que les séries permettent de voir, mais aussi de faire voir ? Dans quelle mesure leur traitement permet-il la construction d’un savoir critique ? Quelle expérience se construit dans ces multiples transmissions ?

Fabrice Rizzoli, docteur en sciences politiques et spécialiste de la grande criminalité (crime organisée, corruption et délinquance économique), auteur de La mafia de A à Z, paru aux éditions Tim Buctu en 2015. Co-fondateur de l’association Crim’HALT comme Alternative, et du Salon Des Livres et l’Alerte, il enseigne dans différents établissements universitaires (IRIS, Sciences Po Paris).

Présentation du cours « Géopolitique des criminalités » : http://formation.sciences-po.fr/enseignement/2018/caff/25f07

Association Crim’HALT : https://crimhalt.org/ 

Salon « Des Livres et l’Alerte » : https://deslivresetlalerte.fr/

Séance 3 – “Petite apologie des normes, du débat entre classiques et romantiques aux sociétés postmodernes” – Dimitri Garncarzyk – Vendredi 13 décembre – 17h-19h – salle 414 (Censier)

La prochaine séance du Séminaire Hors la loi aura lieu le vendredi 13 décembre – de 17h-19h – à Censier, 13 rue de Santeuil – en salle 414 (4e étage). Nous recevons notre collègue Dimitri Garncarzyk, membre du CERC et docteur en littérature comparée, pour sa présentation : “Petite apologie des normes, du débat entre classiques et romantiques aux sociétés postmodernes.”

La séance, comme toutes les autres, est ouverte à toutes et à tous : aucune inscription n’est nécessaire. Pensez à emporter une pièce d’identité pour le contrôle à l’entrée.

La communication proposée a pour but, en recourant au temps long (du 17e au 21e siècle) et à la philosophie analytique contemporaine, de proposer, sur le plan théorique, une “apologie des normes”. Cette apologie n’a pas pour objectif de nier la valeur de l’art contemporain ou la validité des luttes sociales contemporaines. Elle vise à opérer une clarification du concept de norme, à repenser la valeur des normes (notamment en tant que cadre épistémique permettant de préserver la référence au réel), et donc, à penser d’autres usages (esthétiques mais aussi sociaux et politiques) de la normativité. Du 17e siècle à l’époque romantique, du Cercle de Vienne au réalisme contemporain de Roger Pouivet, cette séance proposera plusieurs étapes permettant de concilier liberté (créatrice et politique) et normativité, où l’on verra comme, étonnamment, le champ artistique a pu servir de matrice au champ social.

Séance 2 : Le vitalisme hors la loi chez Alain Damasio (La zone du dehors) – Lundi 2 décembre – 17h-19h – Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle du Conseil (1er étage)

Avec Léna Dormeau, chercheure indépendante en philosophie politique et sociale, Université Rennes II – Institut catholique de Paris

Dans La zone du dehors (2007), Alain Damasio décrit les rouages d’une société démocratique de contrôle. Les activistes unis de La Volte, groupe contestataire, militent pour une vie libre, « vitaliste » – au sens de ce qu’elle porte réellement de plus puissant en elle. Ainsi, ils entendent se battre contre l’affadissement du quotidien, de cette citoyenneté contrainte et médiocre des autres habitants sous le joug de la norme. Nous assistons, à mesure du roman, à la radicalisation de ce groupe dont les personnalités principales commettront des actes hors-la-loi, qu’ils nommeront « volutionnaires », tout en permettant au gouvernement de les identifier comme terroristes.

La société de Cerclon II s’organise bien plus subtilement en « société de contrôle » deleuzienne, qu’en « société disciplinaire » foucaldienne. Le pouvoir étatique semble invisible, la société s’auto-régule, la norme seule règne en maître. Dès lors, le combat des protagonistes manque d’ennemi identifiable et prend, finalement, plus la forme d’une révolution des esprits et des corps, qu’une révolution politique. La question de la dissidence et du contournement de la loi, dans ce contexte, ne manquera pas de nous interpeller.

Si La zone du dehors est un roman de science-fiction, la société qu’il décrit semble l’aboutissement inévitable de la politique techno-libérale que nous connaissons aujourd’hui. Le rôle de l’auteur, en dehors de l’actuel tout en y étant profondément engagé, semble brouiller la frontière entre l’homme de lettres et l’homme d’action. A la croisée de la langue orwellienne et de la linguistique deleuzienne, le roman constitue-t-il une zone textuelle hors-la-loi, une zone du dehors ?

Téléchargez l’exemplier complet :

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/La-zone-du-dehors-Exemplier-.pdf

Les parties de l’exemplier (fichier complet ci-dessus) :

  1. Le texte “Mauvaises Herbes” publié par Damasio dans Ce que nous devons à la ZAD

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/1Damasio_Mauvaises-herbes.pdf

2. Extrait 1 : présentation de l’univers fictionnel dans “La zone du dehors”

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/2Damasio_Cadre-du-texte-et-de-lunivers-fictionnel.pdf

3. Extrait 2 : Réflections sur l’action de la Volte, considérée comme terroriste (La zone du dehors)

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/3Damasio_Réflexions-sur-laction-considérée-comme-terroriste.pdf

4. Extrait 3 : Le fonctionnement de la société de contrôle (La zone du dehors)

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/4Damasio_Le-fonctionnement-de-la-société-de-contrôle.pdf

5. Extrait 4 : Le Cube de Cerclon et ses possibilités émancipatrices (La zone du dehors)

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/5Damasio_Le-cube-qui-matérialise-le-Dehors-de-Cerclon-et-ses-possibilités-émancipatrices.pdf

Séance inaugurale de l’année 2019/2020 – Lundi 25 novembre, 17h-19h – Censier, salle 412

La première séance du Séminaire Hors la loi aura lieu LUNDI 25 NOVEMBRE à Paris 3 : site Censier (13 rue de Santeuil), salle 412 (4e étage). (Visiteurs extérieurs à la Sorbonne Nouvelle : pensez à vous munir d’une pièce d’identité).

Contre les philosophes : pour une lecture historique et sociologique de “Devant la loi” de Franz Kafka. Avec Mario Ranieri Martinotti (ENS Ulm)

Programme de la séance, suivi de l’exemplier (à télécharger ci-dessous) :

La première séance du séminaire est consacrée l’une des scènes juridiques les plus célèbres de l’œuvre de Kafka : celle que donne à voir la parabole « Devant la Loi » (Vor dem Gesetz), : éclairage singulier du concept « hors la loi » car l’être “devant” ou “avant” la loi est à maints égards, un « être-hors-la-loi ».
Cette séance sera d’abord consacrée à trois lectures significatives de « Devant la Loi » sous l’angle d’une philosophie du droit. La première est celle de Jacques Derrida, publiée sous le titre de « Préjugés. Devant la Loi ». La deuxième est celle de Massimo Cacciari
dans le deuxième chapitre de Icone della legge (1985) : « La porta aperta ». La troisième, est l’objet du quatrième chapitre de Homo sacer (1995) de Giorgio Agamben. Un même questionnement hante ces auteurs : comment est-il possible que l’homme de la campagne ne parvienne pas à entrer dans une porte – la porte de la Loi – qui nous est décrite comme « étant toujours ouverte » (« das Tor zum Gesetz offensteht wie immer ») ?

Cette séance vise surtout à proposer un élargissement des approches exclusivement philosophiques au texte de Kafka. Ces dernières tendent à gommer les spécificités littéraires du texte tout comme son contexte historique d’écriture. Kafka écrivit « Devant la Loi » au début de la première guerre mondiale (automne 1914), pendant qu’à Prague survenait une crise de réfugiés dont la plupart étaient des juifs provenant de la Galicie. Ce contexte d’écriture est conjugué à celui de la première publication en 1915 de la parabole dans l’hebdomadaire sioniste pragois Selbstwehr. Le « hors la loi » de ce récit n’est pas nécessairement un « hors la loi » de nature générale et abstraite, mais un « hors la loi » bien concret, bien matériel.

L’exemplier ci-dessous (que vous pouvez télécharger avant la séance, en cliquant sur le lien) contient plusieurs textes :

  • Une traduction de la parabole “Devant la loi”, par Marc de Launay
  • Une image de l’hebdomadaire Selbstwehr du 7 septembre 1915, où la parabole de Kafka a été publiée pour la première fois.
  • Une sélection de critiques et de commentaires de la parabole, qui seront analysés pendant la séance (Adorno, Derrida, Agamben, Marc Crépon, plus des citations extraites des Oeuvres complètes de Franz Kafka).

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/Exemplier-hors-la-loi.pdf

Programme du séminaire “Hors la loi” – 2e année

Le séminaire de doctorant.e.s “Hors la loi”, organisé avec le soutien du CERC, de l’ED 120 et de la revue TRANS, a le plaisir d’annoncer ses premières séances du semestre.
Nous nous retrouvons pour une nouvelle édition, qui a pour objectif d’approfondir les pistes dégagées l’année dernière autour de la métaphore spatiale donnant son nom au séminaire. Il sera entre autre question de la vision du texte littéraire comme espace de transgression (et des nuances que l’on peut apporter à cette idée), du statut des normes de production et de réception, et de la mise en tension des discours littéraires et juridiques.

La séance inaugurale de cette année aura lieu le lundi 25 novembre, de 17h à 19h sur le site Censier, 13, rue de Santeuil, Métro Censier-Daubenton (4e étage – salle 412). 
Mario Ranieri Martinotti, élève de l’ENS Ulm, nous parlera de la parabole kafkaïenne “Devant la loi” pour essayer d’en dégager, en contraste avec ses principales lectures philosophiques, les spécificités littéraires et historiques : le texte s’écrit en effet dans un contexte migratoire particulier, celui de l’arrivée à Prague des réfugiés juifs de Galicie.

Calendrier des première séances :
– Lundi 25 novembre, 17h-19h, Paris 3, site Censier, 13, rue de Santeuil, Métro Censier-Daubenton (4e étage – salle 412) : Séance d’introduction.
Mario Raniera Martinotti (ENS Ulm), “Contre les philosophes : Pour une lecture historique et sociologique de Devant la loi de Franz Kafka”.

Lundi 2 décembre, 17h-19h, Paris 3, Maison de la Recherche, Salle du Conseil (1er étage), 4 rue des Irlandais. Léna Dormeau (Institut Catholique de Paris et Université Rennes 2), “La recherche du dehors comme puissance intérieure : le vitalisme hors-la-loi chez Alain Damasio dans La zone du dehors“.

Vendredi 13 décembre, 17h-19h, Paris 3, Site Censier, salle 414, 17 rue Santeuil.
Dimitri Garncarzyk (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle), “Petite apologie des normes, du débat entre classiques et romantiques aux sociétés postmodernes”.

Appel à contributions – Séminaire de doctorant.e.s “Hors la loi” (2e année)

Organisé à l’université Paris 3 en 2018 avec l’ED 120 par les doctorant.e.s du CERC et de la revue de littérature générale et comparée TRANS- (https://journals.openedition.org/trans/), le séminaire de doctorant.e.s “Hors la loi” est un séminaire mensuel ouvert à toutes et à tous qui s’intéresse à l’inscription littéraire des expressions de l’illégalité. Dans la volonté de dépasser une thématisation trop restrictive, de ne se limiter ni à la “marginalité”, ni à la “délinquance”, ni à l’actualisation de la figure du “bandit”, historiquement déterminée, nos intervenant.e.s de l’année 2018-2019 ont élargi notre champ d’analyse à divers objets : l’institution “hors la loi” du droit chez Benjamin ; les fonctions de la scène juridique chez Kafka ; littérature, normes de genre et identités queer ; discours ethnographique et discours littéraire dans les organisations criminelles de type mafieux ; légalités super-héroïques dans le comic ; stratégies auctoriales face à la censure, etc. (Voir l’aperçu de nos séances de l’année 2018-2019 sur https://seminairehll.hypotheses.org/)

L’analyse de nombreuses situations-limites, dans leur diversité, illumine les enjeux d’une époque marquée par l’essor de la “désobéissance civile”[1] dans des sociétés où la “colonisation du droit”[2] n’empêche nullement la manipulation de celui-ci à des fins de proscription toujours plus violentes. Au-delà de son actualité, nos intervenant.e.s ont aussi souligné l’irréductible singularité d’une expression plastique, sujette à d’infinis déplacements et d’incessantes réappropriations aussi bien politiques que littéraires. L’expression “hors la loi”, fondée sur une métaphore spatiale, semble en effet définir son sujet par exclusion ; mais c’est une évidence intuitive trompeuse, qui fait oublier que ce “dehors” peut être situé de nombreuses manières (devant la loi, au-dessus de la loi…). Elle occulte aussi les très nombreuses interactions que supposent les situations de proscription, d’exception et d’exclusion.

En marge de ces interactions, semble pourtant résister une conception du texte littéraire comme discours hétérodoxe et comme espace autonome, par exemple dans Le plaisir du texte, où la négociation entre l’absolue individualité du “style” et la contrainte de la “langue” ménage au lecteur un lieu de “jouissance” hors de toute subordination légale ou morale. Dans quelle mesure s’est trouvée nuancée cette surdétermination de l’idée de plaisir, de jouissance et de transgression (ainsi que leur association presque systématique) dans la pratique littéraire, aussi bien du point de vue de la production des textes que de celui de leur réception ?

Pour la deuxième année de ce séminaire, nous souhaiterions approfondir cette question du “dehors” dans le “hors la loi”, d’une certaine manière en la redoublant, et en adoptant une situation de surplomb par rapport aux textes eux-mêmes. Cervantès mentionne son incarcération dans la préface du Quichotte, “l’histoire d’un fils sec, maigre, fantasque, plein de pensées étranges (…) [tel] qu’il pouvait s’engendrer dans une prison”, et ajoute à propos de son œuvre : “hélas, je n’ai pu contrevenir aux lois de la nature qui veulent que chaque être engendre son semblable.”[3] Exprimée non sans ironie, l’idée d’une détermination entre contexte d’emprisonnement et innovation littéraire sous forme de loi naturelle nous invite à analyser des contextes de création irréguliers : des temps et des espaces où les normes se trouvent inversées, suspendues ou déplacées. Nous pouvons également nous interroger sur les dynamiques de réception qu’impliquent l’abolition des normes, leur restauration, ou encore l’instauration de légalités nouvelles.

A la suite de ces remarques, nous proposons à nos intervenant.e.s de réfléchir aux axes suivants :

  • Contextes irréguliers ou contraints de production, réception et médiation des œuvres littéraires, et reconfiguration des normes impliquées par les déplacements contextuels (historiques, géographiques, culturels, linguistiques)
  • Migrations des textes entre des scènes littéraires marquées par des normativités concurrentes : marché littéraire, institution universitaire, critique, milieux artistiques, etc., lorsque celles-ci sont pensées sur le mode de la clandestinité ou de l’effraction.
  • Dans l’examen par la littérature des contextes d’illégalité, analyse de la légalité des procédures de la création littéraire (enquête, publication, diffusion) et de ses contournements par des voies poétiques ou fictionnelles. Quelles responsabilités sont engagées dans les interactions que supposent ces pratiques littéraires ?
  • Métaphores de l’illégalité et leurs usages dans le discours auctorial et dans le discours critique, tels que : éthos littéraire emprunté à la figure du proscrit ou du clandestin, ou qualifications de pratiques d’enquête et/ou de pratiques scripturales décrites comme “dissidence” “effraction” ou “braconnage”[4]. Cette réflexion pourra aussi englober la problématique de l’interdisciplinarité, dès lors que celle-ci se pense sur des modes “illégitimes”, tels ceux mentionnés ci-dessus.
  • Rôle de la fiction par rapport au discours spécialisé du droit, vis-à-vis de la loi et de son interprétation. Et plus généralement, tout échange et toute interférence entre énoncé littéraire et énoncé juridique (exemples : statut de la fiction juridique ou de la fiction dans le droit, statut de l’écrivain comme homme ou femme de loi, modes de croyance engagés dans le pacte fictionnel et le contrat social, etc.).

Les propositions d’intervention peuvent être envoyées aux adresses suivantes : antoine.ducoux@sorbonne-nouvelle.fr ou guillermo.hector@sorbonne-nouvelle.fr, accompagnées d’une brève présentation du sujet de thèse et des disponibilités de l’intervenant.e. Merci de nous faire parvenir vos propositions avant le 15 septembre.
Les séances du séminaire auront chaque mois, à partir de novembre 2019, sur l’un des sites de l’Université Paris 3. (horaires et dates à déterminer, selon disponibilités des intervenant.e.s).
Toutes les séances seront ouvertes au public dans la limite des places disponibles.
Les interventions feront l’objet d’une publication sur la revue en ligne TRANS-.

[1] Hannah Arendt, Du mensonge à la violence : essais de politique contemporaine, trad. Guy Durand, Paris, Presses Pocket, 2004
[2] Jacques Krynen, Le théâtre juridique. Une histoire de la construction du droit, Paris, Gallimard, coll. “Bibliothèque des histoires”, 2018
[3] Miguel de Cervantès, Don Quichotte, trad. Jean-Raymond Fanlo, Paris, Librairie Générale Française, coll. « Livre de Poche », 2010
[4] Laurent Demanze, Un nouvel âge de l’enquête : portraits de l’écrivain contemporain en enquêteur, Paris, Corti, 2019

Séance 10 : “Quand les monstres font la loi : Sade / Stoker” – Maël Baussand et Amirpasha Tavakkoli – 29 mai 2019

Programme de la séance

— Lundi 27 mai, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon –

Maël BAUSSAND (Paris 3 – CERC) : « Dracula. Mécanique des fluides et roman des angoisses circulatoires »

Amirpasha TAVAKKOLI (EHESS – Cespra) : « De l’interdit au commandement. La démarche sadienne »

Résumé :

La thématique du monstre nous permet de penser les rapports entre littérature et interdit, par la description de fantasmes et de désirs que la loi réprime ou condamne. En rapprochant les figures du marquis de Sade et de Dracula, nos deux intervenant.e.s interrogeront la représentation littéraire de la sexualité monstrueuse et ses rapports avec la norme et la loi.

Dans Dracula, Maël BAUSSAND nous invite à déchiffrer l’apparition, la manipulation symbolique et la circulation des fluides corporels (menstrues, sperme et lait). Le roman représente, en les exacerbant, les croyances misogynes de l’époque de Bram Stoker et les angoisses victoriennes qu’elles véhiculent. Le contrôle et la répression du corps féminin s’y traduisent par la lutte contre le monstre vampirique, incarnation d’une menace venue des marges.

Pour Amirpasha TAVAKKOLI, la transgression de toute loi devient la maxime conductrice dans les romans de Sade, mais elle est essentiellement basée sur le principe de « jouir de l’autre ». Entre l’idéal libertin et l’idéalisation de l’horreur, la sacralisation du mal est-elle un moyen de briser l’emprise des lois morales, ou impose-t-elle un commandement absolu empêchant l’accomplissement d’une éthique libertaire ?

Cette dixième séance nous invite à penser de manière complexe une politique du texte littéraire, où l’inscription du « droit illimité de la monstruosité toute-puissante » (Foucault, La volonté de savoir) génère des effets distincts, entre lignes de fuite – devenir-totalitaire d’une sacralisation de la transgression, – et débordement d’une séduisante et dangereuse « esthétique du trouble », non moins porteuse d’enjeux critiques.

Séance 9 : “Au-dessus des lois. Légitimité des justiciers”. Joanne Vrignaud et Siegfried Würtz – 13 mai 2019

— Lundi 13 mai, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon —

Joanne VRIGNAUD, Université Paris-Sorbonne – « ‘Never compromise’ : transgresser l’ordre établi dans la contre-utopie autoritaire de Watchmen »

Siegfried WÜRTZ, Université de Bourgogne Franche-Comté – « Quand les Dieux font la police : trouble dans la constitutionnalité du super-héros »

Résumé :

Le super-héros est un hors-la-loi, c’est-à-dire qu’il se place « au-dessus » de toutes les règles censées protéger la société… dont il s’affirme pourtant le premier défenseur. Que faire de ce paradoxe ? L’idéal politique qu’incarne le super-héros n’est-il pas une légalité dégradée en « droit du plus fort », c’est-à-dire un fascisme ? Sur quoi repose sa conception de la justice ?

Dans Watchmen, Alan Moore invente une figure paradoxale du vigilante qui réinvente les rapports entre le super-héros et la justice en les problématisant. D’après JOANNE VRIGNAUD, ces personnages sont invariablement voués à échouer dans leur combat contre le totalitarisme, car leur conception de la justice les conduit en réalité à perpétuer l’ordre qu’ils voulaient combattre. Résoudre cette aporie ne se fait au prix qu’une transgression ultime, qui ôte au super-héros toute légitimité morale. Plus que sur la justice, la véritable influence du super-héros sur le monde ne se fonderait-elle pas sur un rapport à la fiction ?

Pour SIEGFRIED WÜRTZ, le super-héros est un fasciste qui se croit démocrate. Fort de cette mystification, il fonde son droit à outrepasser tout droit sur une légalité supérieure, un bien commun invincible, pourtant défini à l’aune de sa seule expérience et de sa subjectivité. Si cette lutte sans mandat contre le crime peut être considérée comme un fascisme, est-il possible de replacer le super-héros dans un système juridique, voire une « constitutionnalité » porteuse d’une portée démocratique profonde ?

Séance 8: Ecritures hors-la-loi du XVIIe siècle à la Belle époque – Louise Piguet et Luce Roudier – 17 avril 2019

[changement de date] Mercredi 17 avril, 17h-19h, Maison de la Recherche : 4, rue des Irlandais (salle MEZZANINE – 1er étage). Entrée libre !

Ecritures hors la loi, Du XVIIe siècle à la Belle Epoque

Avec Louise PIGUET (Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – EMODIR) : « Criminalisation du livre et criminalisation de l’auteur.e : le cas de Madame Guyon à la fin du XVIIe siècle. »
Et Luce ROUDIER (Paris Nanterre – CSLF) : « Ecrire en marge de la loi : être journaliste et écrivain libertaire à la Belle Epoque. Le cas Michel Zévaco. »

Pourquoi rapprocher des écrivain.e.s aussi différent.e.s que Madame Guyon et Michel Zévaco ? La 8e séance du séminaire Hors la loi rassemble le XVIIe siècle et la Belle Epoque pour comparer deux “cas” d’auteurs dissidents, confrontés à la répression policière de leur temps et à la censure. Dans ce rapprochement inattendu, politique, littérature et droit se nouent pour éclairer un fait majeur du fait littéraire dans notre modernité : la constitution de la responsabilité pénale des auteurs.

En s’éloignant des pratiques religieuses de son temps, Madame Guyon est accusée de “quiétisme” : ses textes réformateurs lui valent d’être marginalisée par le pouvoir politique et le pouvoir religieux, qui exige de ses fidèles une adhésion totale au catholicisme. “Briseur de formule”, Michel Zévaco joue sur les limites de la légalité et de l’illégalité, préservant son engagement libertaire tout en profitant de la relative liberté de la presse dans les années 1880-1900.

A l’aide de quel(s) registre(s) ces écritures “dissidentes” parviennent-elles parviennent-elles à articuler un engagement social, politique et religieux à rebours des valeurs dominantes de leur temps ? A quels nouveaux acteurs judiciaires de la censure ont été confrontés ces auteur.e.s ? Comment penser ces “contre-conduites” (Foucault) et ces “dissidences” et quels rapports à la Loi sont impliqués par celles-ci ?

Comme de coutume, les interventions, d’une durée de 30 minutes chacune environ, seront suivies d’une discussion avec la salle où vous êtes toutes et tous convié.e.s à poser vos questions et à intervenir, sans oublier le traditionnel verre d’après-séance.

Liens :
Laboratoire EMODIR (Early Modern Religious Dissents and Radicalism) : https://emodir.hypotheses.org/

Laboratoire CSFL (Centre des Sciences des Littératures en langue française) : https://cslf.parisnanterre.fr/le-centre-des-sciences-des-litteratures-en-langue-francaise-472557.kjsp

Centre International Michel Zévaco : https://www.facebook.com/Centre-International-Michel-Z%C3%A9vaco-1989521364607248/

Séance 7 – La loi du désir : corps, genre et identités queer – Sana M’Selmi et Oscar Gamboa – 21 mars 2019

[ATTENTION CHANGEMENT DE DATE : mercredi 27 mars, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais (Paris), salle Claude Simon).

Avec Sana M’SELMI (Paris 3 – CERC) : “Les identités queer au moment de la movida madrilène et du Printemps arabe tunisien : entre réalité et fiction.”
et Oscar GAMBOA (Paris 3 – CRICCAL) : “Corps, genre et désir hors-la-loi dans la littérature vénézuélienne contemporaine.”

Quels sont les rapports qui existent entre la loi, les normes politiques du corps et de la sexualité, et les pratiques qui se situent en dehors de ces normes ? Comment les personnages trans et queer permettent-ils d’interroger la « normalité » de l’hétérosexuel, de l’hétéronormativité, et la transgression de ces normes ? Quels récits nous sont proposés des expériences limites, sur le plan du genre (et de la sexualité), et sur le plan des genres cinématographiques et littéraires ?

Ces questionnements théoriques sont inséparables de leur contextualisation politique et historique, à l’heure où littérature et cinéma accompagnent la quête encore inaccomplie de visibilité, de reconnaissance légale et de légitimité des communautés minorées.
Sana M’SELMI (Paris 3 – CERC) et Oscar GAMBOA (Paris 3 – CRICCAL) nous proposent un itinéraire historique, artistique et critique entre l’Espagne, la Tunisie et le Venezuela contemporains, où nous circulerons entre les domaines de la politique, du droit et des représentations artistiques.

Sana M’SELMI se livrera à une étude comparatiste des identités queer dans les contextes de la “movida” madrilène (marquée par la diffusion du film La loi du désir, de Pedro Almodovar) et du Printemps arabe en Tunisie. Son intervention examine l’évolution des législations relatives aux droits des communautés LGBTQI, en l’articulant à celle des moeurs et celle des représentations cinématographiques de ces communautés, dans un contexte de transition démocratique.


Oscar GAMBOA analysera les oeuvres “Jezabel” de Sánchez Rugeles, et le recueil de nouvelles « En rojo » de Gisela Kozak, à l’aide des instruments critiques proposés par le chercheur Gustavo Forero sur l’anomie dans la littérature à thème criminel en Amérique Latine. La représentation des figures adolescentes et de figures trans ou queer s’articule à une image du Venezuela marquée dans ces récits par un état général d’anomie traversant les domaines érotique et légal, tout en problématisant d’une façon productive les lois et les normes du genre et de la sexualité.

Séance 6 – Zones grises, marges et pouvoirs criminels en Italie – Francesco Rizzo et Ketty Zanforlini – 25 février 2019

Lundi 25 février 2019, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon

Avec Ketty ZANFORLINI, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « Roberto Saviano : la représentation des pouvoirs criminels mafieux et le conflit entre justice et littérature »


et Franceso RIZZO, Université Paris – Sorbonne et Università degli Studi di Roma – La Sapienza : « La « zone grise », des années de plomb jusqu’aujourd’hui : le cas de A schema libero de Lou Palanca »

Le paysage littéraire italien contemporain se caractérise par un brouillage fréquent des canons génériques. Dans quelle mesure ces modes de narration hybrides permettent-ils de dépeindre la “zone grise” dans laquelle se constituent les alliances du crime organisé et du pouvoir politique ? Quel rapport peut-il y avoir entre la conception de la légalité et de l’illégalité lorsque sont minés les fondements d’un système bien défini de lois ? Devant quelles “lois”, aussi bien littéraires que juridiques, les oeuvres italiennes contemporaines sur la zone grise deviennent-elles justiciables ?

Ketty ZANFORLINI analysera la façon dont le célèbre Gomorra de Roberto Saviano rend visible une économie submergée et reliée aux dynamiques internationales. Ce système de représentation a conduit l’auteur à adopter une posture originale qui lui a valu d’être impliqué dans plusieurs procès. L’écriture de Roberto Saviano nous permettra d’enquêter sur les liens entre loi littéraire et loi juridique et d’aborder la question du positionnement de l’intellectuel face à l’écriture du « hors-la-loi ». En tâchant de comprendre pourquoi littérature et cadre légal sont rentrés en conflit, nous soulignerons les conséquences du discours de Saviano sur la réception et la critique d’ouvrages qui affrontent une problématique sensible, telle la camorra aujourd’hui.


Francesco RIZZO analysera, dans le roman A schema libero du collectif d’écrivains calabrais Lou Palanca, la représentation de la « zone grise » dans laquelle la ‘Ndrangheta, les services secrets et les hommes de l’extrême droite se rencontrent pour nouer des accords et redéfinir ainsi un système de pouvoir. Ces pouvoirs ne représentent pas vraiment des visions du monde mais plutôt des intérêts particuliers. L’ouvrage ne montre pas seulement comment le système de pouvoir qui s’affirme à travers les « moti di Reggio » se perpétue encore aujourd’hui, avec une certaine expansion dans d’autres parties du pays : il montre aussi comment l’alliance entre la ‘Ndrangheta et des activistes de l’extrême droite est à l’origine de certains attentats des années 1970, comme la tuerie de Piazza Fontana.

Séance 5 – Des animaux et des règnes. Hanlai Wu et Giuseppe Vizzini – 21 janvier 2019

MAISON DE LA RECHERCHE – 4 RUE DES IRLANDAIS – SALLE CLAUDE SIMON – LUNDI 21 JANVIER – 17h-19h

Le séminaire de doctorants “Hors la loi” reprend du service et vous propose 6 séances mensuelles pour ce 2e semestre, où nous continuerons d’approfondir les lieux et les figures de la sédition, ainsi que les problématiques inscriptions littéraires de celle-ci.

Lundi 21 janvier, 17h-19h, en salle Claude Simon (Maison de la Recherche) (nous discuterons avec Hanlai WU (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) et Giuseppe VIZZINI (Paris 3 – EHESS). Leurs interventions interrogent les enjeux d’une écriture à la fois au plus près du pouvoir (comme pratique subversive permettant d’en faire éclater l’illégitimité politique), mais aussi au plus loin (par le jeu des relectures et des réécritures, par l’usage de genres littéraires “mineurs”, articulant un éthos animal à l’idée d’une faiblesse subversive et d’une sagesse pratiquée “hors du monde”).

1) Hanlai WU : “La spiritualité “chinoise” comme moyen de libération d’après Le singe égal du ciel de Frédéric Tristan”

Dans sa réécriture de la Pérégrination vers l’Ouest, Frédérick Tristan propose un éthos provenant, au premier regard, de la Chine, une nouvelle stylistique de la vie qui est concrétisée par les comportements du Singe égal du ciel. L’agir simiesque « chinois » fait trembler, en un sens, la vérité occidentale. Ce Singe, Hermès (Trismégiste à coup sûr) de Dieu selon l’épigraphe du roman, par sa sagesse acquise à travers maints épreuves et errements, sait désormais aisément se retirer de la dialectique monotone de l’injonction et de la transgression, et démasque le Bouddha christianisé comme le dieu trompeur, d’où le renversement du cartésianisme opéré par l’usage – problématique – de la Chine.

2) Giuseppe VIZZINI : “La lecture de Louis Marin des Fables de La Fontaine et des Contes de Perrault. La prise de parole du faible comme subversion du pouvoir politique”

Existe-il la possibilité d’un retournement des stratégies du pouvoir ? Pourrait-il y avoir une subversion des stratégies représentatives par lesquelles la force se donne une légitimité de droit ? Une possible réponse à ces questions nous est donnée par les analyses que Louis Marin a consacrées aux Fables de La Fontaine et aux Contes de Perrault dans la mesure où ces textes seraient des dispositifs représentatifs – et, donc, performatifs – par lesquels le faible et le marginal déplacent et retournent les stratégies représentatives du pouvoir.

Les interventions seront suivies d’une discussion avec la salle. Les participant.e.s qui le souhaitent sont invité.e.s à nous rejoindre pour le traditionnel verre d’après-séance.

Séance 4 : Amélie Derome & Simon Jardin – 18 décembre 2018

“Traduire la règle et trahir la loi : la traduction anglaise du recueil Voies de disparition de Simon Jardin.

Avec Simon Jardin, auteur de Voies de disparition

et Amélie Derome, traductrice, doctorante en études anglophones, Aix-Marseille Université, LERMA


– CHANGEMENT DE SALLE / HORAIRE : Salle Claude Simon, 4 rue des Irlandais, 17h-19h. 


Les slogans publicitaires se sont emparés de la rime et de la versification, deux procédés que le marché éditorial de la poésie contemporaine tend à rejeter, et dont le jeune poète Simon Jardin se ressaisit dans Voies de disparition, paru le 9 novembre 2018 aux Editions du Cerf. Les auteurs ayant recours aux règles de la poésie qui en formaient jadis la voie royale se voient ainsi relégués aux marges de leur art, accusés de faire fausse route. Il suffirait pourtant d’évoquer les alexandrins rimés du « Condamné à mort » de Jean Genet afin de concilier respect des règles et défiance de la loi.

Si la règle s’oppose ici aux lois de la cité et devient motif d’exclusion, cet exil se redouble au moment de la traduction, lorsque la poésie se retrouve en dehors de sa langue natale. La suprématie est accordée à la langue d’arrivée et les aspérités sont gommées. Si le marché éditorial reconnaît à l’auteur original le droit d’innover, ce privilège est refusé au traducteur, qui doit pleinement embrasser les lois grammaticales de sa langue de rédaction. La violation des exigences du marché éditorial s’exacerbe également, phénomène qui ne surprend guère si l’on s’en réfère à la parenté étymologique de la traduction et de la transgression : suivre la loi de l’auteur implique dès lors de braver celles de l’édition.

Séance 3 : Martin Lamotte (EHESS) : Le liderato des Ñetas

Prison de haute sécurité Oso Blanco, à Rio Piedras

Lundi 3 décembre, de 17h à 19h (4, rue des Irlandais, 75005 Paris). SALLE MEZZANINE (2e étage)

« Loi et écritures de vie en milieu criminel. Le Liderato des Ñetas ou l’écriture de soi du hors-la-loi ». Avec Martin Lamotte (EHESS et laboratoire CITERES).

Martin Lamotte est docteur en anthropologie, et auteur d’une thèse dirigée par Michel Agier et Julie-Anne Boudreau sur le gang transnational des Ñetas. Il s’intéresse aux thèmes de la globalisation, des marges urbaines, des mouvements sociaux et des émeutes, de l’écriture à la marge de l’État et du secret dans le milieu criminel. Il est actuellement chargé de recherche CNRS (UMR 7324 CITERES : Cités, Territoires, Environnement et Société : http://citeres.univ-tours.fr/)

Les recherches actuelles de Martin Lamotte s’appuient sur une ethnographie réalisée sur quatre années auprès des Ñetas. Elles portent spécifiquement sur la mise en écrit d’un récit commun aux membres du gang, sous la forme des récits biographiques de son fondateur. Elle porte aussi sur le rôle que joue la circulation de ce récit dans l’internationalisation des Ñetas. L’étude de la “loi” du gang, prise à la fois comme histoire des idées et descriptions des pratiques, permet d’envisager la loi comme un instrument de production de récit et un genre de récit historique. Ce récit sert de matière pour l’écriture de l’histoire Ñetas et se mêle à l’histoire que les Ñetas font d’eux-mêmes en situation d’exclusion sociale et de criminalisation.

Résumé de la séance 1 : « Aux abords de la loi ».(1/2)

Sommaire : 1. Introduction de la séance (Antoine Ducoux)
                      2. Résumé de séance (Intervenant : Guillermo Héctor, débat avec la salle)

1.   Introduction de la séance (Antoine Ducoux)

  1. « Hors » la loi, figure introuvable ?

a) Les définitions dangereuses

Si le « hors-la-loi » est un fugitif, il n’est guère étonnant qu’il échappe aussi à nos tentatives de le définir : l’expression même, fondée sur une métaphore spatiale, définit ce dernier par exclusion. Le hors-la-loi naît en effet de la proscription, c’est-à-dire d’une institution légale de l’exception. Il est d’ailleurs tentant de commencer par percer le voile des représentations tendu entre la perception actuelle que nous avons de cette expression, et le noyau de sa définition juridique originelle, confondue avec l’étymologie du terme, qu’elle soit latine (« ex lex »), anglaise (« out-law »), ou qu’elle vienne du ban en tant qu’exil imposé par une proclamation publique (ban-dit).

La« mise hors la loi » du “ban-dit” excepte donc l’individu de la protection des lois en lui retirant, comme l’écrit Paul Ricoeur dans Le juste, « le droit d’agir sur la scène juridique »[1]. C’est tardivement et par connotation, et surtout à titre de « symbole », comme l’écrit Eric Hobsbawm dans Les bandits, que le hors-la-loi survit dans la mémoire collective[2]. Bandits, brigands, pirates, fournissent à cette catégorie toute une galerie d’exemples et de modèles incarnant des valeurs d’héroïsme et de justice. Toutefois, l’imaginaire du “bandit social” tel que l’a circonscrit Hobsbawm est une particularisation de la notion “hors la loi”, laquelle du reste ne semble guère pouvoir être exclusivement saisie au travers d’une typologie des délits et des comportements déviants.

Pour expliquer notre hésitation à proposer une définition stable, nous pourrions commencer par dire que l’épaisseur culturelle que nous fournissent les modèles de l’Histoire (et ceux de la fiction populaire) semble étouffer d’avance toute possibilité d’analyse conceptuelle. L’expression « hors-la-loi »et ses synonymes constituent au sein de l’espace légal un réservoir de symboles, voire de modèles constitutifs de l’identité des individus et des groupes, disparates et hétérogènes. Le mot “hors la loi” peut même jouer un rôle important dans la dénomination des pratiques politiques, militantes, artistiques, y compris au sein d’activités légales. Parti « Pirate », drapeau à tête de mort des Sea Shepherds, récupération par la musique populaire (“narcocorrido”) du« style » attribué aux contrebandiers du narcotrafic : ces dénominations et ces appropriations varient en signification et en valeur, selon le contexte où elles surviennent et où elles sont perçues.

En des temps où on dénonce la criminalisation des luttes sociales, où le déploiement de l’appareil policier et judiciare suscite des interrogations sur la violence d’Etat, et accompagne un certain nombre d’entreprises médiatiques de (dis)qualification des populations marginales et de leurs causes, on a aussi quelques scrupules au moment de réduire la définition de l’expression au champ de la criminalité. Au demeurant, le champ de la criminalité est tout aussi bien délimité par des lois que constitué par des discours et des représentations collectives qui se passent parfois de la connaissance précise du droit. Toute définition du « hors-la-loi »semble impliquer qu’on présuppose une définition de ce qu’est la loi, qu’on sache situer les limites circonscrites par l’ordre que définit la loi, et au-delà duquel la loi exclut celles et ceux à qui elle refuse sa protection. Or, à quoi ressemble un « hors-la-loi » moderne, dans une société simultanément marquée par la « colonisation »[3] du droit – accusé de saisir, dans sa prolifération, l’ensemble de la réalité perceptive et de l’expérience humaine – mais aussi traversée par ce que François Ost appelle la « concurrence des normativités », selon laquelle la règle de droit entre en conflit avec d’autres ordres normatifs[4] ? L’actualité nous permet de penser sans difficulté à ce que sont aujourd’hui les proscrits modernes, que ce soient les réfugiés, confrontés à l’opacité administrative et à la rigueur des lois – le délit de solidarité semble d’ailleurs réactiver les dispositions archaïques de la common law prévoyant un châtiment pour ceux qui venaient en aide aux proscrits. Faut-il cependant mettre dans la même catégorie les terroristes, à travers lesquels se pose la question des législations d’exception ? Que faire de la notion de désobéissance, alors qu’une grande partie de l’action politique semble se resignifier autour de cette notion, et compte tenu de l’importance fondamentale qu’a acquis aujourd’hui la figure du « lanceur d’alerte » ? Que faire des usages particuliers du droit, qu’ils prennent la forme des « illégalismes » définis par Foucault, ou des pratiques locales et quotidiennes inventées par les acteurs s’inscrivant contre l’Etat ? Avant même d’approfondir la notion de « hors-la-loi », quelles expressions de l’illégalité recoupe-t-elle ? Nous éclaire-t-elle pour mieux penser aujourd’hui ce qu’est la loi ? Ou bien n’est-elle qu’une notion « fourre-tout » et à double tranchant, et comment ne pas produire à partir d’elle davantage de confusions notionnelles ?

b) Délits et débâcles. « Les brigands » de Villiers de l’Isle-Adam

Considérons enfin que toute loi n’est pas juridique – comme l’établit François Ost à l’ouverture de sa conférence au Collège de France, « là où il y a société, il y a règle, mais cette règle n’est pas forcément juridique »[5]. L’ouverture des Contes Cruels de Villiers de l’Isle-Adam achève de compliquer la question en nous confrontant au problème du pluralisme des lois et des normes, dans un discours relativiste qui embrasse à la fois des règles de droit et des règles établies par la coutume, tout en leur associant une question de morale : « Pascal nous dit qu’au point de vue des faits, le Bien et le Mal sont une question de « latitude »[6]. En effet, tel acte humain s’appelle crime, ici, action, là-bas, et réciproquement. » Dans ce discours, ni le crime ni la loi n’ont de stabilité ontologique ; leur existence semble dépendre de l’usage des mots qu’on emploie pour les désigner, et surtout du lieu de leur emploi.

La dix-neuvième nouvelle du recueil, « Les brigands », résonne avec notre sujet et nous en fournit une porte d’entrée efficace. Tout le nœud dramaturgique de cette nouvelle tient en effet dans la question du lieu : trouver le « hors-la-loi » ? Toute l’ironie de cette nouvelle pèse quant à elle sur la question de l’identification du brigand. Les bourgeois de deux villes voisines mènent séparément deux troupes armées à la poursuite d’une bande de brigands imaginaires, que tous  croient être en train d’écumer la région. Le bruit en a couru suite à un malentendu, et a été amplifié par les bourgeois, qui tout en connaissant la vérité, la tiennent secrète, car ils voient un intérêt concret dans la propagation d’une panique morale. La nuit tombée, les deux troupes se rencontrent par hasard dans un bois sombre. Chacune prend alors l’autre pour la troupe de bandits qu’elle poursuit, et il s’ensuit un massacre collectif qui ne laisse aucun survivant. Les vrais brigands entrent alors en scène : « pauvres diables coupables d’avoir dérobé quelques troupes, quelques morceaux de lard ou quelques sols, à droite et à gauche »[7]. Après un premier élan charitable qui les porte à aller au secours des blessés, tous prennent la décision de fuir et de traverser la frontière. En effet, leur chef prononce une parole « absurde, mais électrique »[8],que le narrateur dit « provenue, à coup sûr, d’une éternelle connaissance de la vitalité, de l’Honneur du Tiers-Etat :- ILS VONT PROUVER… QUE C’EST NOUS… »[9]

Quels aspects de cette nouvelle nous aident, à défaut de circonscrire le sujet, du moins d’en tracer quelques lignes de force ? Premièrement, le caractère imaginaire du risque, dont la rumeur a été entretenue par les bourgeois. Les élites elles-mêmes semblent finir par croire à la légende qu’elles ont contribué à répandre. La nouvelle fournirait alors un commentaire transparent des stratégies modernes de hiérarchisation des risques et de sélection de cibles de substitution, dont Marc Crépon fait l’un des procédés de la « culture de la peur » dans les sociétés démocratiques[10]. L’expédition justicière est d’ailleurs prétexte à toutes formes de forfaits ayant toute l’apparence de la légalité et de la justice comptable : « Chacun d’eux dîna donc chez son métayer, pinça le menton de la fille, au dessert, empocha la sacoche de l’affermage (…) après avoir échangé avec la famille quelques proverbes bien sentis, comme : – « Les bons comptes font les bons amis (…) »[11]. Deuxièmement, dans cette constitution de l’ennemi imaginaire, qui rappelleraient presque certaines stratégies modernes de « guerre contre la terreur », l’autosuggestion est si forte que la force déployée par les bourgeois contre les brigands finit par se retourner contre les premiers. La sortie des troupes armées, d’abord démonstration de force puérile et carnavalesque, se solde par un quiproquo qui détruit la quasi entièreté de l’élite villageoise dans un mouvement fratricide et suicidaire. On y retrouve, au sens figuré, l’idée de panique morale (provoquée par la stratégie du bouc émissaire), suivie de la panique au sens propre, débauche d’énergie meurtrière qui mène au carnage. Finalement, en découvrant le charnier dans la forêt, les brigands savent qu’ils ont échappé au pire, mais que les bourgeois disposent d’une autre arme autrement insidieuse et plus injuste que la force : celle du droit. Le chef des brigands ne dit pas, d’ailleurs :« ils vont faire croire que c’est nous », mais bien « ILS VONT PROUVER… QUE C’EST NOUS… » (je souligne). Certes, la nouvelle restaure une forme « d’honneur » des brigands en pointant, ironiquement, l’indignité du Tiers-Etat. Elle fait surtout du brigand, du « hors-la-loi », un foyer de connaissance du droit et de conscience critique du fonctionnement de celui-ci. Si le régime de la preuve, nécessaire à l’établissement de la culpabilité dans l’ordre juridique envigueur, peut être instrumentalisé pour condamner des boucs émissaires, alors la portée critique de la nouvelle pèse principalement sur l’usage du droit, dénoncé comme substitut et comme alibi de la force.

Toute réflexion touchant au « hors la loi » tiendra donc compte de la multitude d’usages qu’autorise l’extensivité du terme, qu’on ne saurait réduire à la thématique criminelle et qui fait l’objet de beaucoup de récupérations métaphoriques. Elle déborde sur les domaines annexes des lois, de l’exercice du pouvoir, et bien entendu, de l’institution du droit et des ordres de normativité concurrents.

B) Limites de la loi / de la littérature

Si l’expression « hors la loi » est construite d’après une métaphore spatiale, la relation d’extériorité qu’elle décrit soulève implicitement la question des limites de la loi. Or, comme la loi, la littérature n’est pas pensable sans l’idée de limites. Limites esthétiques de la représentation, d’abord : limites que la littérature côtoie d’ailleurs sans cesse, et qu’elle n’excède parfois qu’au prix de la censure (violation des normes de bienséance éventuellement encadrées par la loi) ou de l’illisibilité (violation d’un autre champ de normes variable selon les lecteurs, entremêlant des critères individuels, collectifs, éthiques, esthétiques, cognitifs, etc.). Limite structurale, surtout, celle du « champ littéraire », lorsque les écrivains portent le champ à la limite extrême de son autonomisation, en revendiquant une différence maximale entre la littérature et de la doxa, et qu’ils fondent la légitimité du statut d’écrivain sur une pratique « hors-la-loi ». Plusieurs écrivains revendiquent ainsi l’ethos du « hors-la-loi », du voyou, du bandit, afin de définir, même si c’est en creux, la valeur de leur art. Ainsi Jean Genet :

Je me suis voulu traître, voleur, pillard, délateur, haineux, destructeur, méprisant, lâche. À coup de hache et de cris, je coupais les cordes qui me retenaient au monde de l’habituelle morale, parfois j’en défaisais méthodiquement les nœuds.Monstrueusement, je m’éloignais de vous, de votre monde, de vos villes, de vos institutions. Après avoir connu votre interdiction de séjour, vos prisons, votre ban, j’ai découvert des régions plus désertes où mon orgueil se sentait plus à l’aise[12].

L’écrivain Roberto Bolaño fait également de l’exception à la loi la condition même de l’écriture littéraire :

Je persiste à croire que pour écrire, il faut se placer dans la position que prônait Villon, le poète médiéval français, c’est-à-dire hors la loi. On écrit en dehors de la loi. Toujours. On écrit contre la loi. On n’écrit pas selon la loi[13]. »

On remarquera combien l’identification de la figure d’auteur à celle du hors-la-loi, semble retenir de cette dernière les aspects prémodernes identifiés par Eric Hobsbawm. Nous n’aurions alors pas véritablement affaire à des figures de la transgression, mais plutôt à une sorte de fixation mélancolique de la fonction d’écrivain sur un modèle fantasmatique et en quelque sorte épuré du banditisme, porteur en creux de « la nostalgie de l’innocence et de l’idéal de justice ».

Pas facile, dans notre sujet, d’échapper à la notion de transgression, tant les problématiques de la violence, de la marginalité, du crime et des résistances occupent une place prépondérante dans la théorie littéraire et la recherche. La recherche produit une réévaluation des figures marginales auxquelles lehors-la-loi appartient, si l’on ose dire, de plein droit. Cependant, il n’arrive pas toujours que la théorie mentionne « la loi » dans l’exactitude du terme juridique. Elle semble plutôt recourir au terme de normes qu’elle emploie comme synonyme, tout en rapportant ces normes à l’expression d’un pouvoir, par rapport auquel elle identifie, soit dans les pratiques sociales soit dans les œuvres, des résistances, des déplacements, des subversions. Enfin, c’est à partir des pratiques inventées par les marges que la théorie articule les notions et les concepts à travers lesquelles nous nous efforçons actuellement de penser le politique et le littéraire. La littérature justifie cette place centrale que la théorie accorde aux marginaux : Walter Benjamin dit ainsi que le roman « pouss[e] l’incommensurable dans la représentation de l’existence humaine et de ses extrêmes. »[14] (je souligne)

Persécuté par l’exercice de la force sans droit, le « hors-la-loi » devient réservoir de dramaturgies fictionnelles, auxquelles il prête la figure du fugitif ou du justicier. Paradoxe de celui à qui l’on interdit de paraître en public sans mourir, la visibilité du bandit circule dans l’espace public et se modifie au gré des représentations qui constituent sa légende. Celle-ci fait souvent du hors-la-loi l’acteur d’un conflit entre deux ordres de légitimité, lorsqu’il interroge du dehors l’hypocrisie d’une loi qui le déclare « criminel ».

« Maudit sois-tu », dit le pirate Charles Bellamy, cité par l’historien Marcus Rediker dans Pirates de tousles pays, « tu n’es qu’un lâche, comme le sont tous ceux qui acceptent d’être gouvernés par les lois que des hommes riches ont rédigées afin d’assurer leur propre sécurité. Ils nous font passer pour des bandits, ces scélérats, alors qu’il n’y a qu’une différence entre eux et nous, ils volent les pauvres sous couvert de la loi tandis que nous pillons les riches sous la protection de notre seul courage. »[15]. Marcus Rediker identifie d’ailleurs chez les pirates de l’Atlantique au XVIIIe siècle de véritables expériences politiques qu’il n’hésite pas à qualifier de démocratiques[16].

Sur l’hétérotopie du bateau, “la plus grande réserve d’imagination” des civilisations occidentales d’après Michel Foucault, le « hors-la-loi » pourrait peut-être bien porter la promesse utopique d’une autre fondation du droit. Telle pourrait être l’intuition civilisationnelle que Claude Michelet avait identifiée dans les récits mythiques de la fondation de Rome : « Le héros romain, le fondateur de la cité, doit être d’abord un homme sans patrie et sans loi, un outlaw, un banni, un bandit, mots synonymes chez les peuples barbares. Tels sont les Hercule et les Thésée de la Grèce. Encore aujourd’hui, les banditi sont la partie héroïque du peuple romain. » Claude Michelet, Histoire romaine, 1831, p. 57.

La prodigieuse réversibilité de cette figure, y compris du point de vue du droit, nous rappelle à quel point il est délicat de systématiser une définition d’un concept truffé de fausses évidences. Le format du séminaire nous permettra donc de poser sur différents plans des problématiques concurrentes, et d’envisager la stratification des faits juridiques, politiques, sociaux, qui constituent la notion qui donne son titre au séminaire. Fait juridique, culturel et social, peut-être que le hors-la-loi, figure transversale, nous est moins extérieure que “commune”, au sens où elle nous renvoie aux paradoxes de la loi et à notre commune fragilité en tant que sujet de droit.

Le 19 novembre, c’est Vicente Ordoñez, professeur de philosophie à l’université Jaume I à Castelló (Espagne), qui viendra nous parler de « l’état d’exception », dont les travaux de Giorgio Agamben ont montré le rôle dans la pratique moderne de la gouvernance et la fabrication des exclus, des marginaux et des bannis, auxquels sont refusés la protection du droit. Cette séance nous permettra de retracer la genèse théorique de cettenotion et les modalités concrètes de son application. Pour montrer que l’état d’exception ne renvoie pas seulement aux abstractions de la philosophie politique, mais aussi à des problématiques concrètes qui appartiennent à notre réalité immédiate, cette séance s’appuiera sur les ressources de l’exemplification littéraire, à travers les écrits de Walter Benjamin et Franz Kafka.

Le 3 décembre, Martin Lamotte, jeune anthropologue à l’EHESS, viendra nous parler du gang portoricain des Ñetas, dont les membres ont la particularité d’observer un certain nombre de règles, contenues dans un livre appelé le Liderato. On sait d’après le juriste italien Santi Romano, que l’illégalité d’une organisation n’empêche nullement que son ordonnancement soit de nature juridique, du moment qu’il contient « des statuts élaborés et précis comme des lois étatiques. ». L’examen de ce paradoxe chez les Ñetas nous permettra non seulement de mieux définir ce qu’est une loi, mais aussi de comprendre le rôle que joue la loi dans la constitution du « récit de soi » chez les sujets criminels et marginalisés.

Le 10 décembre, nous recevons la chercheuse et traductrice Amélie Derome, ainsi qu’un jeune poète, Simon Jardin, auteur d’un recueil intitulé Voies de disparition qui paraîtra aux éditions du Cerf le 9 novembre. Leur réflexion s’appuie sur l’analogie formelle entre « bandit » et « poète », tous deux « exclus » de la cité, ainsi que sur le lien étymologique de la traduction avec la « transgression » et la « trahison ». Le recueil Voies de disparition reflète ces problématiques. D’autre part, le choix qu’a fait son auteur d’observer strictement les règles de la versification, constituent une forme d’infraction à la norme éditoriale en vigueur, susceptible de freiner la publication. Quant à la traduction anglaise de ce recueil, elle doit elle-même trouver son lieu au sein d’un faisceau de règles et de normes, que fixe aussi bien le système grammatical de la langue d’arrivée que la référence du texte-source. Nous verrons comment la pratique de la traduction, reflète, en les redoublant, ces questionnements sur la loi, la règle et la norme.

(Le programme du second semestre sera publié ultérieurement)

(A suivre, le compte-rendu de l’intervention de Guillermo Héctor, suivi du débat avec la salle)


[1] Paul Ricoeur, Le juste I, Paris, Esprit, 1995.

[2] Eric Hobsbawm, Les bandits, 1969, trad. de l’anglais par J.P. Rospars, Paris, La Découverte, 1999, p. 135.

[3] Jacques Krynen, Le théâtre juridique. Une histoire de laconstruction du droit, Paris, Gallimard, 2018, p. 9-10.

[4] Parmi les ordres normatifs concurrents, le juriste Alain Supiot centre ses analyses sur l’inquiétude d’une « gouvernance par les nombres ». Celle-ci se réfère à un idéal normatif « qui vise la réalisation efficace d’objectifs mesurables plutôtque l’obéissance à des lois justes. » L’auteur explique que la crise institutionnelle qui traverse l’Europe aujourd’hui vient en partie de ce que nous continuons à nous référer à des cadres juridiques fixes et impersonnels (l’Etat ou la Loi), alors qu’en réalité, nous vivrions un moment de basculemententre « le gouvernement par les lois » et la « gouvernance parles nombres ». Supiot prend pour exemple l’obsession européenne de l’équilibre budgétaire, incarnée par la règle dite des 3% : alors que « la loi exprime un choix de valeurs porté par un souci de justice », ce qui suppose la transcendance d’un idéal normatif de justice, la « gouvernance par les nombres » délègue à des outils informatiques le soin de définir des objectifs chiffrés dont on présuppose sans examen la vertu, et sans les rapporter à l’épreuve du réel. Alain Supiot dénonce la suprématie d’un véritable imaginaire institutionnel qui substitue la technocratie et le « calcul » à la protection effective des lois.

[5] François Ost, A quoi sert le droit ? Usages, fonctions, finalités, Bruxelles,Bruylant, 2016. Voir aussi Raconter la loi :aux sources de l’imaginaire juridique, Paris, Odile Jacob, 2004. Voir aussi la conférence au Collège de France prononcée le 19 janvier 2018 et disponible sur France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/a-quoi-sert-le-droit-conference-de-francois-ost

[6] Auguste Villiers de l’Isle-Adam, Contes cruels, Paris, Grands Ecrivains, 1987, p. 7.

[7] Ibid. p. 157.

[8] Ibid. p. 158.

[9] Ibid. p. 158.

[10] Marc Crépon, La culture de la peur, Paris, Galilée, 2008.

[11] Ibid. p. 155.

[12] Jean Genet, Pompes funèbres [1947], Paris, Gallimard, coll. L’imaginaire, 1978.

[13] “Y además, sigo creyendo que para escribir hay que ponerse en la posición que predicaba Villon, el poeta medieval francés, la del fuera de la ley. Se escribe fuera de la ley. Siempre. Se escribe contra la ley. Nunca se escribe desde la ley.” Roberto Bolaño et Dunia Gras Miravet, “Entrevista con RobertoBolaño”, in. Cuadernos Hispanoamericanos, n°604, 2000, p. 65 (Noustraduisons). Cité par Miguel Casado, “Littéralement et dans tous les sens”, in Europe, 1070-1071-1072,juin-juillet-août 2018, p. 86-100.

[14] Walter Benjamin, « Crise du roman. A propos de Berlin Alexanderplätz »[1930], in. Œuvres II, Paris, Gallimard, coll. Folio, 2000, pp. 189-198.

[15] Cité par Marcus Rediker, in Pirates de tous les pays, Paris, Libertalia, 2011.

[16] Les forçats de la mer : Marins,marchands et pirates dans le monde anglo-américain (1700-1750), Libertalia, 2010 ; Pirates de tous les pays, Libertalia, 2011, Les hors-la-loi del’Atlantique : Pirates, mutins et flibustiers, Seuil, 2017. L’auteur décrit dans ses ouvrages les liens entre les luttes sociales à bord des vaisseaux de la marine à voile et le choix de la piraterie fait par des marins s’estimant lésés par l’organisation du travail sur les bateaux. Il met l’accent sur l’inventivité et la créativité des modes de structuration sociale chez les pirates, chez qui la violence côtoie des pratiques qu’il n’hésite pas à qualifier de « démocratiques », comme l’élection ou le partage égalitaire du butin. L’étude de ces milieux sociaux permet enfin à l’historien de déplacer son regard, afin de critiquer le « terracentrisme » de l’Histoire nationale et de retracer la genèse « maritime » de certains idéaux politiques, appelés à se généraliser sur la terre ferme, pendant la période des Lumières.