Séance 6 : Voleurs de la Belle Epoque – – Lundi 2 mars, 17h-19h en salle Mezzanine, 4 rue des Irlandais

Avec Julie Moucheron – Université Paul Valéry et Cédric Hannedouche, Université d’Artois

La prochaine séance du séminaire Hors la loi, “Voleurs de la Belle Époque” aura lieu le LUNDI 2 MARS de 17h à 19h en salle Mezzanine (Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais). Nous accueillons Cédric Hannedouche (Université d’Artois) et Julie Moucheron (Université Paul Valéry Montpellier 3) pour une séance consacrée au rôle fondamental joué par les figures de voleurs dans le discours littéraire et social au tournant du 20ème siècle.

Très représenté dans le corpus romanesque de la Belle Époque, le voleur est en effet le véhicule privilégie d’un fantasme social d’origine bourgeoise qui en fait celui qui circule de manière fluide entre les classes et les milieux, et dont le corps héroisé échappe aux normes qui s’imposent à l’époque par l’intermédiaire des théories hygiénistes. Présent aussi bien dans les productions d’avant-garde que dans la littérature de masse, il témoigne d’un attrait pour une marge sociale qui fait l’objet de diverses formes de mythification chez les auteurs de l’époque, dans une période où la question des milieux interlopes et leurs « classes dangereuses » inquiète une partie du lectorat qui consomme ces fictions. Le voleur Belle Époque est donc tout autant le produit de son temps, dont il retranscrit les enjeux politiques, qu’une créature littéraire qui, parce qu’elle avance toujours masquée, permet d’interroger certains des mécanismes autoritaires de l’écriture. En effet, sous le masque du voleur c’est bien souvent la figure de l’auteur qui s’invente, qu’elle se pense en rupture avec le système capitaliste qui gagne les milieux artistiques ou qu’elle cherche au contraire à se légitimer au sein de la littérature de masse, à travers des emprunts et des références « sous le manteau » à d’autres fictions, canoniques ou populaires.


Julie Moucheron, dans une intervention intitulée « De Lupin à Darien : de quoi le voleur fin de siècle est-il le nom ? » s’attachera à rendre compte de l’ambiguïté de la figure du voleur dans la période particulière que constitue la fin du 19ème siècle. Le potentiel anarchisant du voleur fin de siècle et son caractère insaisissable en font un vecteur puissant de démystification sociale et littéraire : le cas du Voleur (1897) de Georges Darien en fournira un exemple paradigmatique, propre à questionner la portée politique des fictions de cambriolage.

Cédric Hannedouche analysera de son côté la figure de Lupin, célèbre héros créé par Maurice Leblanc, dans son intervention « Masques et bergamasques. Cambriolages sériels et culturels en littérature populaire ». L’ « homme aux mille visages”, spécialisé dans l’usurpation d’identité, est une figure par bien des aspects représentative des modalités d’écriture mises en place par Leblanc : celui qui s’est essayé sans succès dans sa jeunesse aux très légitimes fictions réalistes tisse en effet son écriture d’emprunt divers à des fictions issues aussi bien du patrimoine littéraire que de la littérature dite populaire, jouant ainsi un double jeu culturel qui n’exclue pas l’auto-plagiat et les réécritures diverses.

Séance 5 – “De l’épopée, genre surcodifié, au roman, genre lawless : métaphores critiques de la légalité”, avec Maéva Boris (CERC) – Lundi 3 février, 17h-19h en salle Mezzanine, 4 rue des Irlandais

La prochaine séance du séminaire Hors la loi, “De l’épopée, genre surcodifié, au roman, genre lawless : métaphores critiques de la légalité” aura lieu le lundi 3 février, de 17 h à 19 h en salle Mezzanine (Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais). Nous accueillons Maéva Boris, doctorante au CERC, pour une séance consacrée à la loi du genre, entendue dans sa dimension poétique.

Dans la continuité de l’axe théorique qui se dessine depuis quelques séances, c’est la notion de norme littéraire qui sera au centre de la réflexion : si la poétique se donne comme principe d’établir les lois qui régissent et organisent le système des genres, le discours critique, quant à lui, s’appuie sur ces lois, autant qu’il les réfute, pour construire l’irréductible singularité de son objet. En résulte une rhétorique de la transgression qui valorise l’écart à des règles pensées comme extérieures, et voile les normes propres au commentaire lui-même. En outrepassant la nomenclature des genres, l’œuvre commentée devient, en même temps qu’elle acquiert sa dignité littéraire, un objet hors la loi. A partir du recueil Le héros et la mort dans les traditions épiques, qui interroge la place du récit épique dans différentes ères culturelles, on s’intéressera aux présupposés théoriques du discours critique sur les genres : épopée et roman, souvent opposés dans leur rapport aux normes, serviront d’étalon à une analyse métacritique.

En amont de la séance, notre intervenante vous propose une lecture théorique préalable, portant sur la question de la norme dans les genres littéraires, à télécharger ci-dessous :

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2020/01/Schaeffer-les-noms-de-genre.pdf

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2020/01/Schaeffer-normativisme-et-essentialisme.pdf

La séance, comme toutes les autres, est ouverte à toutes et à tous : aucune inscription n’est nécessaire. Nous vous espérons nombreux !

Séance 4 – “Géopolitique critique des criminalités : le paradigme légal-illégal au prisme des représentations fictionnelles” – Avec Fabrice Rizzoli (Sciences Po Paris) – Lundi 13 janvier, 17h-19h, 4 rue des Irlandais, salle Mezzanine

La séance aura lieu le lundi 13 janvier de 17h à 19h en salle Mezzanine (Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais). Nous vous invitons aussi à découvrir ci-dessous l’intitulé des 3 premières séances du second semestre. 

A Sciences Po Paris, Fabrice Rizzoli propose un enseignement de la géopolitique de la grande criminalité à partir des représentations fictionnelles contemporaines (cinéma et télévision). Tout en étant des représentations, les fictions étudiées n’en présentifient pas moins leur objet auprès de leur public : de quelles manières resignifient-elles des réalités absentes du quotidien du spectateur ? Et quels savoirs contiennent-elles, susceptibles de bouleverser les partages consensuels du légal et de l’illégal ? En circulant entre la représentation et l’analyse, on abordera donc les enjeux d’un usage des fictions à thème criminel comme outil didactique et support d’une géopolitique critique des criminalités mafieuses. C’est pourquoi, à côté des rapports entre fiction et réalité, on s’intéressera aussi à ce qui se joue dans la réception partagée de ces fictions, du côté de l’enseignant et du côté des étudiants qui découvrent la criminalité organisée par ce médium. Qu’est-ce que les séries permettent de voir, mais aussi de faire voir ? Dans quelle mesure leur traitement permet-il la construction d’un savoir critique ? Quelle expérience se construit dans ces multiples transmissions ?

Fabrice Rizzoli, docteur en sciences politiques et spécialiste de la grande criminalité (crime organisée, corruption et délinquance économique), auteur de La mafia de A à Z, paru aux éditions Tim Buctu en 2015. Co-fondateur de l’association Crim’HALT comme Alternative, et du Salon Des Livres et l’Alerte, il enseigne dans différents établissements universitaires (IRIS, Sciences Po Paris).

Présentation du cours « Géopolitique des criminalités » : http://formation.sciences-po.fr/enseignement/2018/caff/25f07

Association Crim’HALT : https://crimhalt.org/ 

Salon « Des Livres et l’Alerte » : https://deslivresetlalerte.fr/

Séance 3 – “Petite apologie des normes, du débat entre classiques et romantiques aux sociétés postmodernes” – Dimitri Garncarzyk – Vendredi 13 décembre – 17h-19h – salle 414 (Censier)

La prochaine séance du Séminaire Hors la loi aura lieu le vendredi 13 décembre – de 17h-19h – à Censier, 13 rue de Santeuil – en salle 414 (4e étage). Nous recevons notre collègue Dimitri Garncarzyk, membre du CERC et docteur en littérature comparée, pour sa présentation : “Petite apologie des normes, du débat entre classiques et romantiques aux sociétés postmodernes.”

La séance, comme toutes les autres, est ouverte à toutes et à tous : aucune inscription n’est nécessaire. Pensez à emporter une pièce d’identité pour le contrôle à l’entrée.

La communication proposée a pour but, en recourant au temps long (du 17e au 21e siècle) et à la philosophie analytique contemporaine, de proposer, sur le plan théorique, une “apologie des normes”. Cette apologie n’a pas pour objectif de nier la valeur de l’art contemporain ou la validité des luttes sociales contemporaines. Elle vise à opérer une clarification du concept de norme, à repenser la valeur des normes (notamment en tant que cadre épistémique permettant de préserver la référence au réel), et donc, à penser d’autres usages (esthétiques mais aussi sociaux et politiques) de la normativité. Du 17e siècle à l’époque romantique, du Cercle de Vienne au réalisme contemporain de Roger Pouivet, cette séance proposera plusieurs étapes permettant de concilier liberté (créatrice et politique) et normativité, où l’on verra comme, étonnamment, le champ artistique a pu servir de matrice au champ social.

Séance 2 : Le vitalisme hors la loi chez Alain Damasio (La zone du dehors) – Lundi 2 décembre – 17h-19h – Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle du Conseil (1er étage)

Avec Léna Dormeau, chercheure indépendante en philosophie politique et sociale, Université Rennes II – Institut catholique de Paris

Dans La zone du dehors (2007), Alain Damasio décrit les rouages d’une société démocratique de contrôle. Les activistes unis de La Volte, groupe contestataire, militent pour une vie libre, « vitaliste » – au sens de ce qu’elle porte réellement de plus puissant en elle. Ainsi, ils entendent se battre contre l’affadissement du quotidien, de cette citoyenneté contrainte et médiocre des autres habitants sous le joug de la norme. Nous assistons, à mesure du roman, à la radicalisation de ce groupe dont les personnalités principales commettront des actes hors-la-loi, qu’ils nommeront « volutionnaires », tout en permettant au gouvernement de les identifier comme terroristes.

La société de Cerclon II s’organise bien plus subtilement en « société de contrôle » deleuzienne, qu’en « société disciplinaire » foucaldienne. Le pouvoir étatique semble invisible, la société s’auto-régule, la norme seule règne en maître. Dès lors, le combat des protagonistes manque d’ennemi identifiable et prend, finalement, plus la forme d’une révolution des esprits et des corps, qu’une révolution politique. La question de la dissidence et du contournement de la loi, dans ce contexte, ne manquera pas de nous interpeller.

Si La zone du dehors est un roman de science-fiction, la société qu’il décrit semble l’aboutissement inévitable de la politique techno-libérale que nous connaissons aujourd’hui. Le rôle de l’auteur, en dehors de l’actuel tout en y étant profondément engagé, semble brouiller la frontière entre l’homme de lettres et l’homme d’action. A la croisée de la langue orwellienne et de la linguistique deleuzienne, le roman constitue-t-il une zone textuelle hors-la-loi, une zone du dehors ?

Téléchargez l’exemplier complet :

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/La-zone-du-dehors-Exemplier-.pdf

Les parties de l’exemplier (fichier complet ci-dessus) :

  1. Le texte “Mauvaises Herbes” publié par Damasio dans Ce que nous devons à la ZAD

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/1Damasio_Mauvaises-herbes.pdf

2. Extrait 1 : présentation de l’univers fictionnel dans “La zone du dehors”

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/2Damasio_Cadre-du-texte-et-de-lunivers-fictionnel.pdf

3. Extrait 2 : Réflections sur l’action de la Volte, considérée comme terroriste (La zone du dehors)

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/3Damasio_Réflexions-sur-laction-considérée-comme-terroriste.pdf

4. Extrait 3 : Le fonctionnement de la société de contrôle (La zone du dehors)

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/4Damasio_Le-fonctionnement-de-la-société-de-contrôle.pdf

5. Extrait 4 : Le Cube de Cerclon et ses possibilités émancipatrices (La zone du dehors)

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/5Damasio_Le-cube-qui-matérialise-le-Dehors-de-Cerclon-et-ses-possibilités-émancipatrices.pdf

Séance inaugurale de l’année 2019/2020 – Lundi 25 novembre, 17h-19h – Censier, salle 412

La première séance du Séminaire Hors la loi aura lieu LUNDI 25 NOVEMBRE à Paris 3 : site Censier (13 rue de Santeuil), salle 412 (4e étage). (Visiteurs extérieurs à la Sorbonne Nouvelle : pensez à vous munir d’une pièce d’identité).

Contre les philosophes : pour une lecture historique et sociologique de “Devant la loi” de Franz Kafka. Avec Mario Ranieri Martinotti (ENS Ulm)

Programme de la séance, suivi de l’exemplier (à télécharger ci-dessous) :

La première séance du séminaire est consacrée l’une des scènes juridiques les plus célèbres de l’œuvre de Kafka : celle que donne à voir la parabole « Devant la Loi » (Vor dem Gesetz), : éclairage singulier du concept « hors la loi » car l’être “devant” ou “avant” la loi est à maints égards, un « être-hors-la-loi ».
Cette séance sera d’abord consacrée à trois lectures significatives de « Devant la Loi » sous l’angle d’une philosophie du droit. La première est celle de Jacques Derrida, publiée sous le titre de « Préjugés. Devant la Loi ». La deuxième est celle de Massimo Cacciari
dans le deuxième chapitre de Icone della legge (1985) : « La porta aperta ». La troisième, est l’objet du quatrième chapitre de Homo sacer (1995) de Giorgio Agamben. Un même questionnement hante ces auteurs : comment est-il possible que l’homme de la campagne ne parvienne pas à entrer dans une porte – la porte de la Loi – qui nous est décrite comme « étant toujours ouverte » (« das Tor zum Gesetz offensteht wie immer ») ?

Cette séance vise surtout à proposer un élargissement des approches exclusivement philosophiques au texte de Kafka. Ces dernières tendent à gommer les spécificités littéraires du texte tout comme son contexte historique d’écriture. Kafka écrivit « Devant la Loi » au début de la première guerre mondiale (automne 1914), pendant qu’à Prague survenait une crise de réfugiés dont la plupart étaient des juifs provenant de la Galicie. Ce contexte d’écriture est conjugué à celui de la première publication en 1915 de la parabole dans l’hebdomadaire sioniste pragois Selbstwehr. Le « hors la loi » de ce récit n’est pas nécessairement un « hors la loi » de nature générale et abstraite, mais un « hors la loi » bien concret, bien matériel.

L’exemplier ci-dessous (que vous pouvez télécharger avant la séance, en cliquant sur le lien) contient plusieurs textes :

  • Une traduction de la parabole “Devant la loi”, par Marc de Launay
  • Une image de l’hebdomadaire Selbstwehr du 7 septembre 1915, où la parabole de Kafka a été publiée pour la première fois.
  • Une sélection de critiques et de commentaires de la parabole, qui seront analysés pendant la séance (Adorno, Derrida, Agamben, Marc Crépon, plus des citations extraites des Oeuvres complètes de Franz Kafka).

https://seminairehll.hypotheses.org/files/2019/11/Exemplier-hors-la-loi.pdf

Programme du séminaire “Hors la loi” – 2e année

Le séminaire de doctorant.e.s “Hors la loi”, organisé avec le soutien du CERC, de l’ED 120 et de la revue TRANS, a le plaisir d’annoncer ses premières séances du semestre.
Nous nous retrouvons pour une nouvelle édition, qui a pour objectif d’approfondir les pistes dégagées l’année dernière autour de la métaphore spatiale donnant son nom au séminaire. Il sera entre autre question de la vision du texte littéraire comme espace de transgression (et des nuances que l’on peut apporter à cette idée), du statut des normes de production et de réception, et de la mise en tension des discours littéraires et juridiques.

La séance inaugurale de cette année aura lieu le lundi 25 novembre, de 17h à 19h sur le site Censier, 13, rue de Santeuil, Métro Censier-Daubenton (4e étage – salle 412). 
Mario Ranieri Martinotti, élève de l’ENS Ulm, nous parlera de la parabole kafkaïenne “Devant la loi” pour essayer d’en dégager, en contraste avec ses principales lectures philosophiques, les spécificités littéraires et historiques : le texte s’écrit en effet dans un contexte migratoire particulier, celui de l’arrivée à Prague des réfugiés juifs de Galicie.

Calendrier des première séances :
– Lundi 25 novembre, 17h-19h, Paris 3, site Censier, 13, rue de Santeuil, Métro Censier-Daubenton (4e étage – salle 412) : Séance d’introduction.
Mario Raniera Martinotti (ENS Ulm), “Contre les philosophes : Pour une lecture historique et sociologique de Devant la loi de Franz Kafka”.

Lundi 2 décembre, 17h-19h, Paris 3, Maison de la Recherche, Salle du Conseil (1er étage), 4 rue des Irlandais. Léna Dormeau (Institut Catholique de Paris et Université Rennes 2), “La recherche du dehors comme puissance intérieure : le vitalisme hors-la-loi chez Alain Damasio dans La zone du dehors“.

Vendredi 13 décembre, 17h-19h, Paris 3, Site Censier, salle 414, 17 rue Santeuil.
Dimitri Garncarzyk (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle), “Petite apologie des normes, du débat entre classiques et romantiques aux sociétés postmodernes”.

Appel à contributions – Séminaire de doctorant.e.s “Hors la loi” (2e année)

Organisé à l’université Paris 3 en 2018 avec l’ED 120 par les doctorant.e.s du CERC et de la revue de littérature générale et comparée TRANS- (https://journals.openedition.org/trans/), le séminaire de doctorant.e.s “Hors la loi” est un séminaire mensuel ouvert à toutes et à tous qui s’intéresse à l’inscription littéraire des expressions de l’illégalité. Dans la volonté de dépasser une thématisation trop restrictive, de ne se limiter ni à la “marginalité”, ni à la “délinquance”, ni à l’actualisation de la figure du “bandit”, historiquement déterminée, nos intervenant.e.s de l’année 2018-2019 ont élargi notre champ d’analyse à divers objets : l’institution “hors la loi” du droit chez Benjamin ; les fonctions de la scène juridique chez Kafka ; littérature, normes de genre et identités queer ; discours ethnographique et discours littéraire dans les organisations criminelles de type mafieux ; légalités super-héroïques dans le comic ; stratégies auctoriales face à la censure, etc. (Voir l’aperçu de nos séances de l’année 2018-2019 sur https://seminairehll.hypotheses.org/)

L’analyse de nombreuses situations-limites, dans leur diversité, illumine les enjeux d’une époque marquée par l’essor de la “désobéissance civile”[1] dans des sociétés où la “colonisation du droit”[2] n’empêche nullement la manipulation de celui-ci à des fins de proscription toujours plus violentes. Au-delà de son actualité, nos intervenant.e.s ont aussi souligné l’irréductible singularité d’une expression plastique, sujette à d’infinis déplacements et d’incessantes réappropriations aussi bien politiques que littéraires. L’expression “hors la loi”, fondée sur une métaphore spatiale, semble en effet définir son sujet par exclusion ; mais c’est une évidence intuitive trompeuse, qui fait oublier que ce “dehors” peut être situé de nombreuses manières (devant la loi, au-dessus de la loi…). Elle occulte aussi les très nombreuses interactions que supposent les situations de proscription, d’exception et d’exclusion.

En marge de ces interactions, semble pourtant résister une conception du texte littéraire comme discours hétérodoxe et comme espace autonome, par exemple dans Le plaisir du texte, où la négociation entre l’absolue individualité du “style” et la contrainte de la “langue” ménage au lecteur un lieu de “jouissance” hors de toute subordination légale ou morale. Dans quelle mesure s’est trouvée nuancée cette surdétermination de l’idée de plaisir, de jouissance et de transgression (ainsi que leur association presque systématique) dans la pratique littéraire, aussi bien du point de vue de la production des textes que de celui de leur réception ?

Pour la deuxième année de ce séminaire, nous souhaiterions approfondir cette question du “dehors” dans le “hors la loi”, d’une certaine manière en la redoublant, et en adoptant une situation de surplomb par rapport aux textes eux-mêmes. Cervantès mentionne son incarcération dans la préface du Quichotte, “l’histoire d’un fils sec, maigre, fantasque, plein de pensées étranges (…) [tel] qu’il pouvait s’engendrer dans une prison”, et ajoute à propos de son œuvre : “hélas, je n’ai pu contrevenir aux lois de la nature qui veulent que chaque être engendre son semblable.”[3] Exprimée non sans ironie, l’idée d’une détermination entre contexte d’emprisonnement et innovation littéraire sous forme de loi naturelle nous invite à analyser des contextes de création irréguliers : des temps et des espaces où les normes se trouvent inversées, suspendues ou déplacées. Nous pouvons également nous interroger sur les dynamiques de réception qu’impliquent l’abolition des normes, leur restauration, ou encore l’instauration de légalités nouvelles.

A la suite de ces remarques, nous proposons à nos intervenant.e.s de réfléchir aux axes suivants :

  • Contextes irréguliers ou contraints de production, réception et médiation des œuvres littéraires, et reconfiguration des normes impliquées par les déplacements contextuels (historiques, géographiques, culturels, linguistiques)
  • Migrations des textes entre des scènes littéraires marquées par des normativités concurrentes : marché littéraire, institution universitaire, critique, milieux artistiques, etc., lorsque celles-ci sont pensées sur le mode de la clandestinité ou de l’effraction.
  • Dans l’examen par la littérature des contextes d’illégalité, analyse de la légalité des procédures de la création littéraire (enquête, publication, diffusion) et de ses contournements par des voies poétiques ou fictionnelles. Quelles responsabilités sont engagées dans les interactions que supposent ces pratiques littéraires ?
  • Métaphores de l’illégalité et leurs usages dans le discours auctorial et dans le discours critique, tels que : éthos littéraire emprunté à la figure du proscrit ou du clandestin, ou qualifications de pratiques d’enquête et/ou de pratiques scripturales décrites comme “dissidence” “effraction” ou “braconnage”[4]. Cette réflexion pourra aussi englober la problématique de l’interdisciplinarité, dès lors que celle-ci se pense sur des modes “illégitimes”, tels ceux mentionnés ci-dessus.
  • Rôle de la fiction par rapport au discours spécialisé du droit, vis-à-vis de la loi et de son interprétation. Et plus généralement, tout échange et toute interférence entre énoncé littéraire et énoncé juridique (exemples : statut de la fiction juridique ou de la fiction dans le droit, statut de l’écrivain comme homme ou femme de loi, modes de croyance engagés dans le pacte fictionnel et le contrat social, etc.).

Les propositions d’intervention peuvent être envoyées aux adresses suivantes : antoine.ducoux@sorbonne-nouvelle.fr ou guillermo.hector@sorbonne-nouvelle.fr, accompagnées d’une brève présentation du sujet de thèse et des disponibilités de l’intervenant.e. Merci de nous faire parvenir vos propositions avant le 15 septembre.
Les séances du séminaire auront chaque mois, à partir de novembre 2019, sur l’un des sites de l’Université Paris 3. (horaires et dates à déterminer, selon disponibilités des intervenant.e.s).
Toutes les séances seront ouvertes au public dans la limite des places disponibles.
Les interventions feront l’objet d’une publication sur la revue en ligne TRANS-.

[1] Hannah Arendt, Du mensonge à la violence : essais de politique contemporaine, trad. Guy Durand, Paris, Presses Pocket, 2004
[2] Jacques Krynen, Le théâtre juridique. Une histoire de la construction du droit, Paris, Gallimard, coll. “Bibliothèque des histoires”, 2018
[3] Miguel de Cervantès, Don Quichotte, trad. Jean-Raymond Fanlo, Paris, Librairie Générale Française, coll. « Livre de Poche », 2010
[4] Laurent Demanze, Un nouvel âge de l’enquête : portraits de l’écrivain contemporain en enquêteur, Paris, Corti, 2019

Séance 10 : “Quand les monstres font la loi : Sade / Stoker” – Maël Baussand et Amirpasha Tavakkoli – 29 mai 2019

Programme de la séance

— Lundi 27 mai, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon –

Maël BAUSSAND (Paris 3 – CERC) : « Dracula. Mécanique des fluides et roman des angoisses circulatoires »

Amirpasha TAVAKKOLI (EHESS – Cespra) : « De l’interdit au commandement. La démarche sadienne »

Résumé :

La thématique du monstre nous permet de penser les rapports entre littérature et interdit, par la description de fantasmes et de désirs que la loi réprime ou condamne. En rapprochant les figures du marquis de Sade et de Dracula, nos deux intervenant.e.s interrogeront la représentation littéraire de la sexualité monstrueuse et ses rapports avec la norme et la loi.

Dans Dracula, Maël BAUSSAND nous invite à déchiffrer l’apparition, la manipulation symbolique et la circulation des fluides corporels (menstrues, sperme et lait). Le roman représente, en les exacerbant, les croyances misogynes de l’époque de Bram Stoker et les angoisses victoriennes qu’elles véhiculent. Le contrôle et la répression du corps féminin s’y traduisent par la lutte contre le monstre vampirique, incarnation d’une menace venue des marges.

Pour Amirpasha TAVAKKOLI, la transgression de toute loi devient la maxime conductrice dans les romans de Sade, mais elle est essentiellement basée sur le principe de « jouir de l’autre ». Entre l’idéal libertin et l’idéalisation de l’horreur, la sacralisation du mal est-elle un moyen de briser l’emprise des lois morales, ou impose-t-elle un commandement absolu empêchant l’accomplissement d’une éthique libertaire ?

Cette dixième séance nous invite à penser de manière complexe une politique du texte littéraire, où l’inscription du « droit illimité de la monstruosité toute-puissante » (Foucault, La volonté de savoir) génère des effets distincts, entre lignes de fuite – devenir-totalitaire d’une sacralisation de la transgression, – et débordement d’une séduisante et dangereuse « esthétique du trouble », non moins porteuse d’enjeux critiques.

Séance 9 : “Au-dessus des lois. Légitimité des justiciers”. Joanne Vrignaud et Siegfried Würtz – 13 mai 2019

— Lundi 13 mai, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon —

Joanne VRIGNAUD, Université Paris-Sorbonne – « ‘Never compromise’ : transgresser l’ordre établi dans la contre-utopie autoritaire de Watchmen »

Siegfried WÜRTZ, Université de Bourgogne Franche-Comté – « Quand les Dieux font la police : trouble dans la constitutionnalité du super-héros »

Résumé :

Le super-héros est un hors-la-loi, c’est-à-dire qu’il se place « au-dessus » de toutes les règles censées protéger la société… dont il s’affirme pourtant le premier défenseur. Que faire de ce paradoxe ? L’idéal politique qu’incarne le super-héros n’est-il pas une légalité dégradée en « droit du plus fort », c’est-à-dire un fascisme ? Sur quoi repose sa conception de la justice ?

Dans Watchmen, Alan Moore invente une figure paradoxale du vigilante qui réinvente les rapports entre le super-héros et la justice en les problématisant. D’après JOANNE VRIGNAUD, ces personnages sont invariablement voués à échouer dans leur combat contre le totalitarisme, car leur conception de la justice les conduit en réalité à perpétuer l’ordre qu’ils voulaient combattre. Résoudre cette aporie ne se fait au prix qu’une transgression ultime, qui ôte au super-héros toute légitimité morale. Plus que sur la justice, la véritable influence du super-héros sur le monde ne se fonderait-elle pas sur un rapport à la fiction ?

Pour SIEGFRIED WÜRTZ, le super-héros est un fasciste qui se croit démocrate. Fort de cette mystification, il fonde son droit à outrepasser tout droit sur une légalité supérieure, un bien commun invincible, pourtant défini à l’aune de sa seule expérience et de sa subjectivité. Si cette lutte sans mandat contre le crime peut être considérée comme un fascisme, est-il possible de replacer le super-héros dans un système juridique, voire une « constitutionnalité » porteuse d’une portée démocratique profonde ?

Séance 8: Ecritures hors-la-loi du XVIIe siècle à la Belle époque – Louise Piguet et Luce Roudier – 17 avril 2019

[changement de date] Mercredi 17 avril, 17h-19h, Maison de la Recherche : 4, rue des Irlandais (salle MEZZANINE – 1er étage). Entrée libre !

Ecritures hors la loi, Du XVIIe siècle à la Belle Epoque

Avec Louise PIGUET (Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – EMODIR) : « Criminalisation du livre et criminalisation de l’auteur.e : le cas de Madame Guyon à la fin du XVIIe siècle. »
Et Luce ROUDIER (Paris Nanterre – CSLF) : « Ecrire en marge de la loi : être journaliste et écrivain libertaire à la Belle Epoque. Le cas Michel Zévaco. »

Pourquoi rapprocher des écrivain.e.s aussi différent.e.s que Madame Guyon et Michel Zévaco ? La 8e séance du séminaire Hors la loi rassemble le XVIIe siècle et la Belle Epoque pour comparer deux “cas” d’auteurs dissidents, confrontés à la répression policière de leur temps et à la censure. Dans ce rapprochement inattendu, politique, littérature et droit se nouent pour éclairer un fait majeur du fait littéraire dans notre modernité : la constitution de la responsabilité pénale des auteurs.

En s’éloignant des pratiques religieuses de son temps, Madame Guyon est accusée de “quiétisme” : ses textes réformateurs lui valent d’être marginalisée par le pouvoir politique et le pouvoir religieux, qui exige de ses fidèles une adhésion totale au catholicisme. “Briseur de formule”, Michel Zévaco joue sur les limites de la légalité et de l’illégalité, préservant son engagement libertaire tout en profitant de la relative liberté de la presse dans les années 1880-1900.

A l’aide de quel(s) registre(s) ces écritures “dissidentes” parviennent-elles parviennent-elles à articuler un engagement social, politique et religieux à rebours des valeurs dominantes de leur temps ? A quels nouveaux acteurs judiciaires de la censure ont été confrontés ces auteur.e.s ? Comment penser ces “contre-conduites” (Foucault) et ces “dissidences” et quels rapports à la Loi sont impliqués par celles-ci ?

Comme de coutume, les interventions, d’une durée de 30 minutes chacune environ, seront suivies d’une discussion avec la salle où vous êtes toutes et tous convié.e.s à poser vos questions et à intervenir, sans oublier le traditionnel verre d’après-séance.

Liens :
Laboratoire EMODIR (Early Modern Religious Dissents and Radicalism) : https://emodir.hypotheses.org/

Laboratoire CSFL (Centre des Sciences des Littératures en langue française) : https://cslf.parisnanterre.fr/le-centre-des-sciences-des-litteratures-en-langue-francaise-472557.kjsp

Centre International Michel Zévaco : https://www.facebook.com/Centre-International-Michel-Z%C3%A9vaco-1989521364607248/

Séance 7 – La loi du désir : corps, genre et identités queer – Sana M’Selmi et Oscar Gamboa – 21 mars 2019

[ATTENTION CHANGEMENT DE DATE : mercredi 27 mars, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais (Paris), salle Claude Simon).

Avec Sana M’SELMI (Paris 3 – CERC) : “Les identités queer au moment de la movida madrilène et du Printemps arabe tunisien : entre réalité et fiction.”
et Oscar GAMBOA (Paris 3 – CRICCAL) : “Corps, genre et désir hors-la-loi dans la littérature vénézuélienne contemporaine.”

Quels sont les rapports qui existent entre la loi, les normes politiques du corps et de la sexualité, et les pratiques qui se situent en dehors de ces normes ? Comment les personnages trans et queer permettent-ils d’interroger la « normalité » de l’hétérosexuel, de l’hétéronormativité, et la transgression de ces normes ? Quels récits nous sont proposés des expériences limites, sur le plan du genre (et de la sexualité), et sur le plan des genres cinématographiques et littéraires ?

Ces questionnements théoriques sont inséparables de leur contextualisation politique et historique, à l’heure où littérature et cinéma accompagnent la quête encore inaccomplie de visibilité, de reconnaissance légale et de légitimité des communautés minorées.
Sana M’SELMI (Paris 3 – CERC) et Oscar GAMBOA (Paris 3 – CRICCAL) nous proposent un itinéraire historique, artistique et critique entre l’Espagne, la Tunisie et le Venezuela contemporains, où nous circulerons entre les domaines de la politique, du droit et des représentations artistiques.

Sana M’SELMI se livrera à une étude comparatiste des identités queer dans les contextes de la “movida” madrilène (marquée par la diffusion du film La loi du désir, de Pedro Almodovar) et du Printemps arabe en Tunisie. Son intervention examine l’évolution des législations relatives aux droits des communautés LGBTQI, en l’articulant à celle des moeurs et celle des représentations cinématographiques de ces communautés, dans un contexte de transition démocratique.


Oscar GAMBOA analysera les oeuvres “Jezabel” de Sánchez Rugeles, et le recueil de nouvelles « En rojo » de Gisela Kozak, à l’aide des instruments critiques proposés par le chercheur Gustavo Forero sur l’anomie dans la littérature à thème criminel en Amérique Latine. La représentation des figures adolescentes et de figures trans ou queer s’articule à une image du Venezuela marquée dans ces récits par un état général d’anomie traversant les domaines érotique et légal, tout en problématisant d’une façon productive les lois et les normes du genre et de la sexualité.

Séance 6 – Zones grises, marges et pouvoirs criminels en Italie – Francesco Rizzo et Ketty Zanforlini – 25 février 2019

Lundi 25 février 2019, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon

Avec Ketty ZANFORLINI, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « Roberto Saviano : la représentation des pouvoirs criminels mafieux et le conflit entre justice et littérature »


et Franceso RIZZO, Université Paris – Sorbonne et Università degli Studi di Roma – La Sapienza : « La « zone grise », des années de plomb jusqu’aujourd’hui : le cas de A schema libero de Lou Palanca »

Le paysage littéraire italien contemporain se caractérise par un brouillage fréquent des canons génériques. Dans quelle mesure ces modes de narration hybrides permettent-ils de dépeindre la “zone grise” dans laquelle se constituent les alliances du crime organisé et du pouvoir politique ? Quel rapport peut-il y avoir entre la conception de la légalité et de l’illégalité lorsque sont minés les fondements d’un système bien défini de lois ? Devant quelles “lois”, aussi bien littéraires que juridiques, les oeuvres italiennes contemporaines sur la zone grise deviennent-elles justiciables ?

Ketty ZANFORLINI analysera la façon dont le célèbre Gomorra de Roberto Saviano rend visible une économie submergée et reliée aux dynamiques internationales. Ce système de représentation a conduit l’auteur à adopter une posture originale qui lui a valu d’être impliqué dans plusieurs procès. L’écriture de Roberto Saviano nous permettra d’enquêter sur les liens entre loi littéraire et loi juridique et d’aborder la question du positionnement de l’intellectuel face à l’écriture du « hors-la-loi ». En tâchant de comprendre pourquoi littérature et cadre légal sont rentrés en conflit, nous soulignerons les conséquences du discours de Saviano sur la réception et la critique d’ouvrages qui affrontent une problématique sensible, telle la camorra aujourd’hui.


Francesco RIZZO analysera, dans le roman A schema libero du collectif d’écrivains calabrais Lou Palanca, la représentation de la « zone grise » dans laquelle la ‘Ndrangheta, les services secrets et les hommes de l’extrême droite se rencontrent pour nouer des accords et redéfinir ainsi un système de pouvoir. Ces pouvoirs ne représentent pas vraiment des visions du monde mais plutôt des intérêts particuliers. L’ouvrage ne montre pas seulement comment le système de pouvoir qui s’affirme à travers les « moti di Reggio » se perpétue encore aujourd’hui, avec une certaine expansion dans d’autres parties du pays : il montre aussi comment l’alliance entre la ‘Ndrangheta et des activistes de l’extrême droite est à l’origine de certains attentats des années 1970, comme la tuerie de Piazza Fontana.

Séance 5 – Des animaux et des règnes. Hanlai Wu et Giuseppe Vizzini – 21 janvier 2019

MAISON DE LA RECHERCHE – 4 RUE DES IRLANDAIS – SALLE CLAUDE SIMON – LUNDI 21 JANVIER – 17h-19h

Le séminaire de doctorants “Hors la loi” reprend du service et vous propose 6 séances mensuelles pour ce 2e semestre, où nous continuerons d’approfondir les lieux et les figures de la sédition, ainsi que les problématiques inscriptions littéraires de celle-ci.

Lundi 21 janvier, 17h-19h, en salle Claude Simon (Maison de la Recherche) (nous discuterons avec Hanlai WU (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) et Giuseppe VIZZINI (Paris 3 – EHESS). Leurs interventions interrogent les enjeux d’une écriture à la fois au plus près du pouvoir (comme pratique subversive permettant d’en faire éclater l’illégitimité politique), mais aussi au plus loin (par le jeu des relectures et des réécritures, par l’usage de genres littéraires “mineurs”, articulant un éthos animal à l’idée d’une faiblesse subversive et d’une sagesse pratiquée “hors du monde”).

1) Hanlai WU : “La spiritualité “chinoise” comme moyen de libération d’après Le singe égal du ciel de Frédéric Tristan”

Dans sa réécriture de la Pérégrination vers l’Ouest, Frédérick Tristan propose un éthos provenant, au premier regard, de la Chine, une nouvelle stylistique de la vie qui est concrétisée par les comportements du Singe égal du ciel. L’agir simiesque « chinois » fait trembler, en un sens, la vérité occidentale. Ce Singe, Hermès (Trismégiste à coup sûr) de Dieu selon l’épigraphe du roman, par sa sagesse acquise à travers maints épreuves et errements, sait désormais aisément se retirer de la dialectique monotone de l’injonction et de la transgression, et démasque le Bouddha christianisé comme le dieu trompeur, d’où le renversement du cartésianisme opéré par l’usage – problématique – de la Chine.

2) Giuseppe VIZZINI : “La lecture de Louis Marin des Fables de La Fontaine et des Contes de Perrault. La prise de parole du faible comme subversion du pouvoir politique”

Existe-il la possibilité d’un retournement des stratégies du pouvoir ? Pourrait-il y avoir une subversion des stratégies représentatives par lesquelles la force se donne une légitimité de droit ? Une possible réponse à ces questions nous est donnée par les analyses que Louis Marin a consacrées aux Fables de La Fontaine et aux Contes de Perrault dans la mesure où ces textes seraient des dispositifs représentatifs – et, donc, performatifs – par lesquels le faible et le marginal déplacent et retournent les stratégies représentatives du pouvoir.

Les interventions seront suivies d’une discussion avec la salle. Les participant.e.s qui le souhaitent sont invité.e.s à nous rejoindre pour le traditionnel verre d’après-séance.

Séance 4 : Amélie Derome & Simon Jardin – 18 décembre 2018

“Traduire la règle et trahir la loi : la traduction anglaise du recueil Voies de disparition de Simon Jardin.

Avec Simon Jardin, auteur de Voies de disparition

et Amélie Derome, traductrice, doctorante en études anglophones, Aix-Marseille Université, LERMA


– CHANGEMENT DE SALLE / HORAIRE : Salle Claude Simon, 4 rue des Irlandais, 17h-19h. 


Les slogans publicitaires se sont emparés de la rime et de la versification, deux procédés que le marché éditorial de la poésie contemporaine tend à rejeter, et dont le jeune poète Simon Jardin se ressaisit dans Voies de disparition, paru le 9 novembre 2018 aux Editions du Cerf. Les auteurs ayant recours aux règles de la poésie qui en formaient jadis la voie royale se voient ainsi relégués aux marges de leur art, accusés de faire fausse route. Il suffirait pourtant d’évoquer les alexandrins rimés du « Condamné à mort » de Jean Genet afin de concilier respect des règles et défiance de la loi.

Si la règle s’oppose ici aux lois de la cité et devient motif d’exclusion, cet exil se redouble au moment de la traduction, lorsque la poésie se retrouve en dehors de sa langue natale. La suprématie est accordée à la langue d’arrivée et les aspérités sont gommées. Si le marché éditorial reconnaît à l’auteur original le droit d’innover, ce privilège est refusé au traducteur, qui doit pleinement embrasser les lois grammaticales de sa langue de rédaction. La violation des exigences du marché éditorial s’exacerbe également, phénomène qui ne surprend guère si l’on s’en réfère à la parenté étymologique de la traduction et de la transgression : suivre la loi de l’auteur implique dès lors de braver celles de l’édition.