Archives mensuelles : janvier 2019

Séance 5 – Des animaux et des règnes. Hanlai Wu et Giuseppe Vizzini – 21 janvier 2019

MAISON DE LA RECHERCHE – 4 RUE DES IRLANDAIS – SALLE CLAUDE SIMON – LUNDI 21 JANVIER – 17h-19h

Le séminaire de doctorants « Hors la loi » reprend du service et vous propose 6 séances mensuelles pour ce 2e semestre, où nous continuerons d’approfondir les lieux et les figures de la sédition, ainsi que les problématiques inscriptions littéraires de celle-ci.

Lundi 21 janvier, 17h-19h, en salle Claude Simon (Maison de la Recherche) (nous discuterons avec Hanlai WU (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) et Giuseppe VIZZINI (Paris 3 – EHESS). Leurs interventions interrogent les enjeux d’une écriture à la fois au plus près du pouvoir (comme pratique subversive permettant d’en faire éclater l’illégitimité politique), mais aussi au plus loin (par le jeu des relectures et des réécritures, par l’usage de genres littéraires « mineurs », articulant un éthos animal à l’idée d’une faiblesse subversive et d’une sagesse pratiquée « hors du monde »).

1) Hanlai WU : « La spiritualité « chinoise » comme moyen de libération d’après Le singe égal du ciel de Frédéric Tristan »

Dans sa réécriture de la Pérégrination vers l’Ouest, Frédérick Tristan propose un éthos provenant, au premier regard, de la Chine, une nouvelle stylistique de la vie qui est concrétisée par les comportements du Singe égal du ciel. L’agir simiesque « chinois » fait trembler, en un sens, la vérité occidentale. Ce Singe, Hermès (Trismégiste à coup sûr) de Dieu selon l’épigraphe du roman, par sa sagesse acquise à travers maints épreuves et errements, sait désormais aisément se retirer de la dialectique monotone de l’injonction et de la transgression, et démasque le Bouddha christianisé comme le dieu trompeur, d’où le renversement du cartésianisme opéré par l’usage – problématique – de la Chine.

2) Giuseppe VIZZINI : « La lecture de Louis Marin des Fables de La Fontaine et des Contes de Perrault. La prise de parole du faible comme subversion du pouvoir politique »

Existe-il la possibilité d’un retournement des stratégies du pouvoir ? Pourrait-il y avoir une subversion des stratégies représentatives par lesquelles la force se donne une légitimité de droit ? Une possible réponse à ces questions nous est donnée par les analyses que Louis Marin a consacrées aux Fables de La Fontaine et aux Contes de Perrault dans la mesure où ces textes seraient des dispositifs représentatifs – et, donc, performatifs – par lesquels le faible et le marginal déplacent et retournent les stratégies représentatives du pouvoir.

Les interventions seront suivies d’une discussion avec la salle. Les participant.e.s qui le souhaitent sont invité.e.s à nous rejoindre pour le traditionnel verre d’après-séance.