Archives mensuelles : décembre 2018

Séance 4 : Amélie Derome & Simon Jardin – 18 décembre 2018

« Traduire la règle et trahir la loi : la traduction anglaise du recueil Voies de disparition de Simon Jardin.

Avec Simon Jardin, auteur de Voies de disparition

et Amélie Derome, traductrice, doctorante en études anglophones, Aix-Marseille Université, LERMA


– CHANGEMENT DE SALLE / HORAIRE : Salle Claude Simon, 4 rue des Irlandais, 17h-19h. 


Les slogans publicitaires se sont emparés de la rime et de la versification, deux procédés que le marché éditorial de la poésie contemporaine tend à rejeter, et dont le jeune poète Simon Jardin se ressaisit dans Voies de disparition, paru le 9 novembre 2018 aux Editions du Cerf. Les auteurs ayant recours aux règles de la poésie qui en formaient jadis la voie royale se voient ainsi relégués aux marges de leur art, accusés de faire fausse route. Il suffirait pourtant d’évoquer les alexandrins rimés du « Condamné à mort » de Jean Genet afin de concilier respect des règles et défiance de la loi.

Si la règle s’oppose ici aux lois de la cité et devient motif d’exclusion, cet exil se redouble au moment de la traduction, lorsque la poésie se retrouve en dehors de sa langue natale. La suprématie est accordée à la langue d’arrivée et les aspérités sont gommées. Si le marché éditorial reconnaît à l’auteur original le droit d’innover, ce privilège est refusé au traducteur, qui doit pleinement embrasser les lois grammaticales de sa langue de rédaction. La violation des exigences du marché éditorial s’exacerbe également, phénomène qui ne surprend guère si l’on s’en réfère à la parenté étymologique de la traduction et de la transgression : suivre la loi de l’auteur implique dès lors de braver celles de l’édition.

Séance 3 : Martin Lamotte (EHESS) : Le liderato des Ñetas

Prison de haute sécurité Oso Blanco, à Rio Piedras

Lundi 3 décembre, de 17h à 19h (4, rue des Irlandais, 75005 Paris). SALLE MEZZANINE (2e étage)

« Loi et écritures de vie en milieu criminel. Le Liderato des Ñetas ou l’écriture de soi du hors-la-loi ». Avec Martin Lamotte (EHESS et laboratoire CITERES).

Martin Lamotte est docteur en anthropologie, et auteur d’une thèse dirigée par Michel Agier et Julie-Anne Boudreau sur le gang transnational des Ñetas. Il s’intéresse aux thèmes de la globalisation, des marges urbaines, des mouvements sociaux et des émeutes, de l’écriture à la marge de l’État et du secret dans le milieu criminel. Il est actuellement chargé de recherche CNRS (UMR 7324 CITERES : Cités, Territoires, Environnement et Société : http://citeres.univ-tours.fr/)

Les recherches actuelles de Martin Lamotte s’appuient sur une ethnographie réalisée sur quatre années auprès des Ñetas. Elles portent spécifiquement sur la mise en écrit d’un récit commun aux membres du gang, sous la forme des récits biographiques de son fondateur. Elle porte aussi sur le rôle que joue la circulation de ce récit dans l’internationalisation des Ñetas. L’étude de la « loi » du gang, prise à la fois comme histoire des idées et descriptions des pratiques, permet d’envisager la loi comme un instrument de production de récit et un genre de récit historique. Ce récit sert de matière pour l’écriture de l’histoire Ñetas et se mêle à l’histoire que les Ñetas font d’eux-mêmes en situation d’exclusion sociale et de criminalisation.