Archives mensuelles : septembre 2018

Séminaire « Hors la loi »

Soit le propos suivant de Roberto Bolaño : « Je persiste à croire que pour écrire, il faut se placer dans la position que prônait Villon, le poète médiéval français, c’est-à-dire hors la loi. On écrit en dehors de la loi. Toujours. On écrit contre la loi. On n’écrit pas selon la loi . » Que la conviction de Bolaño prenne ici la forme d’une prescription (« il faut ») ou d’un postulat (« toujours »), cela n’est pas le moindre paradoxe de sa conception exigeante de la littérature. Libertaire et dissidente, la position défendue par Bolaño fait de la loi un donné, dont le discours littéraire s’extrait et se distingue tout en s’opposant à lui. Lieu problématique d’une exclusion, mais aussi d’un examen critique de la loi, l’écriture « hors la loi » entre avec celle-ci dans un rapport dialectique que nous souhaitons interroger plus précisément.

A partir de cette réflexion initiale, les doctorant.e.s du CERC (Université Paris 3) et de la revue de littérature générale et comparée TRANS- ont proposé l’initiative d’un séminaire annuel à l’Université Paris 3, permettant de réfléchir aux liens entre la littérature et les systèmes de normes mettant en jeu l’autorité symbolique de la loi. Au-delà des résonances libertaires ou criminelles qu’elle emprunte généralement dans le jeu des discours et des représentations, l’expression « hors la loi » sera donc envisagée du point de vue des pratiques artistiques et des positionnements impliqués par celles-ci, mais aussi du point de vue des médiations que la littérature et les arts proposent du domaine « hors la loi ».

Les intervenant.e.s invité.e.s dans le cadre de séminaire sont encouragés à envisager la catégorie « hors la loi » comme un fait de discours. Plus qu’à la « représentation du crime » ou des criminels, on s’intéressera à la façon dont des individus, des attitudes et des « formes de vie », exclus du contrat social et des systèmes de significations officiels, s’y voient réintégrés sous le signe de la déviance ou de la délinquance. Les expressions de l’illégalité renvoient à des modes d’existence juridiquement, politiquement, et historiquement déterminés par le discours. Or ces expressions, susceptibles d’être actualisées, réappropriées par les groupes concernés, peuvent varier selon leur objet et leur lieu d’énonciation. Elles se trouvent alors saturées de significations configurant un imaginaire complexe, qui trouble toute assignation morale ou juridique des individus.

Nous envisagerons plus largement la nature de réponses proprement littéraires à des situations de bouleversements politiques, sociaux et économiques, qui reflètent la crise de l’autorité symbolique de l’Etat, et l’expression de celle-ci par la loi. Quelle peut être l’articulation littéraire d’autres situations-limite, telles que l’impunité, la clandestinité, la désobéissance, la rébellion, le scandale, l’outrage, etc. ? Ce sont autant de manières d’interroger la loi à partir de sa limite, son dehors, lequel demeure, semble-t-il, en attente d’une reconnaissance par un discours capable de lui « rendre justice ».

Ce carnet du séminaire « Hors la loi » a pour but d’informer ses lecteurs du programme annuel des séances et des recherches en cours sur ce domaine. Il comprendra l’annonce des séances, la présentation des chercheurs et chercheuses impliquées dans le séminaire, ainsi qu’un compte-rendu des séances.