Archives de catégorie : Annonces de séances

Cette catégorie regroupe les annonces des prochaines séances.

Séance 6 : Voleurs de la Belle Epoque – – Lundi 2 mars, 17h-19h en salle Mezzanine, 4 rue des Irlandais

Avec Julie Moucheron – Université Paul Valéry et Cédric Hannedouche, Université d’Artois

La prochaine séance du séminaire Hors la loi, « Voleurs de la Belle Époque » aura lieu le LUNDI 2 MARS de 17h à 19h en salle Mezzanine (Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais). Nous accueillons Cédric Hannedouche (Université d’Artois) et Julie Moucheron (Université Paul Valéry Montpellier 3) pour une séance consacrée au rôle fondamental joué par les figures de voleurs dans le discours littéraire et social au tournant du 20ème siècle.

Très représenté dans le corpus romanesque de la Belle Époque, le voleur est en effet le véhicule privilégie d’un fantasme social d’origine bourgeoise qui en fait celui qui circule de manière fluide entre les classes et les milieux, et dont le corps héroisé échappe aux normes qui s’imposent à l’époque par l’intermédiaire des théories hygiénistes. Présent aussi bien dans les productions d’avant-garde que dans la littérature de masse, il témoigne d’un attrait pour une marge sociale qui fait l’objet de diverses formes de mythification chez les auteurs de l’époque, dans une période où la question des milieux interlopes et leurs « classes dangereuses » inquiète une partie du lectorat qui consomme ces fictions. Le voleur Belle Époque est donc tout autant le produit de son temps, dont il retranscrit les enjeux politiques, qu’une créature littéraire qui, parce qu’elle avance toujours masquée, permet d’interroger certains des mécanismes autoritaires de l’écriture. En effet, sous le masque du voleur c’est bien souvent la figure de l’auteur qui s’invente, qu’elle se pense en rupture avec le système capitaliste qui gagne les milieux artistiques ou qu’elle cherche au contraire à se légitimer au sein de la littérature de masse, à travers des emprunts et des références « sous le manteau » à d’autres fictions, canoniques ou populaires.


Julie Moucheron, dans une intervention intitulée « De Lupin à Darien : de quoi le voleur fin de siècle est-il le nom ? » s’attachera à rendre compte de l’ambiguïté de la figure du voleur dans la période particulière que constitue la fin du 19ème siècle. Le potentiel anarchisant du voleur fin de siècle et son caractère insaisissable en font un vecteur puissant de démystification sociale et littéraire : le cas du Voleur (1897) de Georges Darien en fournira un exemple paradigmatique, propre à questionner la portée politique des fictions de cambriolage.

Cédric Hannedouche analysera de son côté la figure de Lupin, célèbre héros créé par Maurice Leblanc, dans son intervention « Masques et bergamasques. Cambriolages sériels et culturels en littérature populaire ». L’ « homme aux mille visages », spécialisé dans l’usurpation d’identité, est une figure par bien des aspects représentative des modalités d’écriture mises en place par Leblanc : celui qui s’est essayé sans succès dans sa jeunesse aux très légitimes fictions réalistes tisse en effet son écriture d’emprunt divers à des fictions issues aussi bien du patrimoine littéraire que de la littérature dite populaire, jouant ainsi un double jeu culturel qui n’exclue pas l’auto-plagiat et les réécritures diverses.

Séance 9 : « Au-dessus des lois. Légitimité des justiciers ». Joanne Vrignaud et Siegfried Würtz – 13 mai 2019

— Lundi 13 mai, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon —

Joanne VRIGNAUD, Université Paris-Sorbonne – « ‘Never compromise’ : transgresser l’ordre établi dans la contre-utopie autoritaire de Watchmen »

Siegfried WÜRTZ, Université de Bourgogne Franche-Comté – « Quand les Dieux font la police : trouble dans la constitutionnalité du super-héros »

Résumé :

Le super-héros est un hors-la-loi, c’est-à-dire qu’il se place « au-dessus » de toutes les règles censées protéger la société… dont il s’affirme pourtant le premier défenseur. Que faire de ce paradoxe ? L’idéal politique qu’incarne le super-héros n’est-il pas une légalité dégradée en « droit du plus fort », c’est-à-dire un fascisme ? Sur quoi repose sa conception de la justice ?

Dans Watchmen, Alan Moore invente une figure paradoxale du vigilante qui réinvente les rapports entre le super-héros et la justice en les problématisant. D’après JOANNE VRIGNAUD, ces personnages sont invariablement voués à échouer dans leur combat contre le totalitarisme, car leur conception de la justice les conduit en réalité à perpétuer l’ordre qu’ils voulaient combattre. Résoudre cette aporie ne se fait au prix qu’une transgression ultime, qui ôte au super-héros toute légitimité morale. Plus que sur la justice, la véritable influence du super-héros sur le monde ne se fonderait-elle pas sur un rapport à la fiction ?

Pour SIEGFRIED WÜRTZ, le super-héros est un fasciste qui se croit démocrate. Fort de cette mystification, il fonde son droit à outrepasser tout droit sur une légalité supérieure, un bien commun invincible, pourtant défini à l’aune de sa seule expérience et de sa subjectivité. Si cette lutte sans mandat contre le crime peut être considérée comme un fascisme, est-il possible de replacer le super-héros dans un système juridique, voire une « constitutionnalité » porteuse d’une portée démocratique profonde ?

Séance 8: Ecritures hors-la-loi du XVIIe siècle à la Belle époque – Louise Piguet et Luce Roudier – 17 avril 2019

[changement de date] Mercredi 17 avril, 17h-19h, Maison de la Recherche : 4, rue des Irlandais (salle MEZZANINE – 1er étage). Entrée libre !

Ecritures hors la loi, Du XVIIe siècle à la Belle Epoque

Avec Louise PIGUET (Sorbonne Nouvelle – Paris 3 – EMODIR) : « Criminalisation du livre et criminalisation de l’auteur.e : le cas de Madame Guyon à la fin du XVIIe siècle. »
Et Luce ROUDIER (Paris Nanterre – CSLF) : « Ecrire en marge de la loi : être journaliste et écrivain libertaire à la Belle Epoque. Le cas Michel Zévaco. »

Pourquoi rapprocher des écrivain.e.s aussi différent.e.s que Madame Guyon et Michel Zévaco ? La 8e séance du séminaire Hors la loi rassemble le XVIIe siècle et la Belle Epoque pour comparer deux « cas » d’auteurs dissidents, confrontés à la répression policière de leur temps et à la censure. Dans ce rapprochement inattendu, politique, littérature et droit se nouent pour éclairer un fait majeur du fait littéraire dans notre modernité : la constitution de la responsabilité pénale des auteurs.

En s’éloignant des pratiques religieuses de son temps, Madame Guyon est accusée de « quiétisme » : ses textes réformateurs lui valent d’être marginalisée par le pouvoir politique et le pouvoir religieux, qui exige de ses fidèles une adhésion totale au catholicisme. « Briseur de formule », Michel Zévaco joue sur les limites de la légalité et de l’illégalité, préservant son engagement libertaire tout en profitant de la relative liberté de la presse dans les années 1880-1900.

A l’aide de quel(s) registre(s) ces écritures « dissidentes » parviennent-elles parviennent-elles à articuler un engagement social, politique et religieux à rebours des valeurs dominantes de leur temps ? A quels nouveaux acteurs judiciaires de la censure ont été confrontés ces auteur.e.s ? Comment penser ces « contre-conduites » (Foucault) et ces « dissidences » et quels rapports à la Loi sont impliqués par celles-ci ?

Comme de coutume, les interventions, d’une durée de 30 minutes chacune environ, seront suivies d’une discussion avec la salle où vous êtes toutes et tous convié.e.s à poser vos questions et à intervenir, sans oublier le traditionnel verre d’après-séance.

Liens :
Laboratoire EMODIR (Early Modern Religious Dissents and Radicalism) : https://emodir.hypotheses.org/

Laboratoire CSFL (Centre des Sciences des Littératures en langue française) : https://cslf.parisnanterre.fr/le-centre-des-sciences-des-litteratures-en-langue-francaise-472557.kjsp

Centre International Michel Zévaco : https://www.facebook.com/Centre-International-Michel-Z%C3%A9vaco-1989521364607248/

Séance 7 – La loi du désir : corps, genre et identités queer – Sana M’Selmi et Oscar Gamboa – 21 mars 2019

[ATTENTION CHANGEMENT DE DATE : mercredi 27 mars, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais (Paris), salle Claude Simon).

Avec Sana M’SELMI (Paris 3 – CERC) : « Les identités queer au moment de la movida madrilène et du Printemps arabe tunisien : entre réalité et fiction. »
et Oscar GAMBOA (Paris 3 – CRICCAL) : « Corps, genre et désir hors-la-loi dans la littérature vénézuélienne contemporaine. »

Quels sont les rapports qui existent entre la loi, les normes politiques du corps et de la sexualité, et les pratiques qui se situent en dehors de ces normes ? Comment les personnages trans et queer permettent-ils d’interroger la « normalité » de l’hétérosexuel, de l’hétéronormativité, et la transgression de ces normes ? Quels récits nous sont proposés des expériences limites, sur le plan du genre (et de la sexualité), et sur le plan des genres cinématographiques et littéraires ?

Ces questionnements théoriques sont inséparables de leur contextualisation politique et historique, à l’heure où littérature et cinéma accompagnent la quête encore inaccomplie de visibilité, de reconnaissance légale et de légitimité des communautés minorées.
Sana M’SELMI (Paris 3 – CERC) et Oscar GAMBOA (Paris 3 – CRICCAL) nous proposent un itinéraire historique, artistique et critique entre l’Espagne, la Tunisie et le Venezuela contemporains, où nous circulerons entre les domaines de la politique, du droit et des représentations artistiques.

Sana M’SELMI se livrera à une étude comparatiste des identités queer dans les contextes de la « movida » madrilène (marquée par la diffusion du film La loi du désir, de Pedro Almodovar) et du Printemps arabe en Tunisie. Son intervention examine l’évolution des législations relatives aux droits des communautés LGBTQI, en l’articulant à celle des moeurs et celle des représentations cinématographiques de ces communautés, dans un contexte de transition démocratique.


Oscar GAMBOA analysera les oeuvres « Jezabel » de Sánchez Rugeles, et le recueil de nouvelles « En rojo » de Gisela Kozak, à l’aide des instruments critiques proposés par le chercheur Gustavo Forero sur l’anomie dans la littérature à thème criminel en Amérique Latine. La représentation des figures adolescentes et de figures trans ou queer s’articule à une image du Venezuela marquée dans ces récits par un état général d’anomie traversant les domaines érotique et légal, tout en problématisant d’une façon productive les lois et les normes du genre et de la sexualité.

Séance 6 – Zones grises, marges et pouvoirs criminels en Italie – Francesco Rizzo et Ketty Zanforlini – 25 février 2019

Lundi 25 février 2019, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon

Avec Ketty ZANFORLINI, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « Roberto Saviano : la représentation des pouvoirs criminels mafieux et le conflit entre justice et littérature »


et Franceso RIZZO, Université Paris – Sorbonne et Università degli Studi di Roma – La Sapienza : « La « zone grise », des années de plomb jusqu’aujourd’hui : le cas de A schema libero de Lou Palanca »

Le paysage littéraire italien contemporain se caractérise par un brouillage fréquent des canons génériques. Dans quelle mesure ces modes de narration hybrides permettent-ils de dépeindre la « zone grise » dans laquelle se constituent les alliances du crime organisé et du pouvoir politique ? Quel rapport peut-il y avoir entre la conception de la légalité et de l’illégalité lorsque sont minés les fondements d’un système bien défini de lois ? Devant quelles « lois », aussi bien littéraires que juridiques, les oeuvres italiennes contemporaines sur la zone grise deviennent-elles justiciables ?

Ketty ZANFORLINI analysera la façon dont le célèbre Gomorra de Roberto Saviano rend visible une économie submergée et reliée aux dynamiques internationales. Ce système de représentation a conduit l’auteur à adopter une posture originale qui lui a valu d’être impliqué dans plusieurs procès. L’écriture de Roberto Saviano nous permettra d’enquêter sur les liens entre loi littéraire et loi juridique et d’aborder la question du positionnement de l’intellectuel face à l’écriture du « hors-la-loi ». En tâchant de comprendre pourquoi littérature et cadre légal sont rentrés en conflit, nous soulignerons les conséquences du discours de Saviano sur la réception et la critique d’ouvrages qui affrontent une problématique sensible, telle la camorra aujourd’hui.


Francesco RIZZO analysera, dans le roman A schema libero du collectif d’écrivains calabrais Lou Palanca, la représentation de la « zone grise » dans laquelle la ‘Ndrangheta, les services secrets et les hommes de l’extrême droite se rencontrent pour nouer des accords et redéfinir ainsi un système de pouvoir. Ces pouvoirs ne représentent pas vraiment des visions du monde mais plutôt des intérêts particuliers. L’ouvrage ne montre pas seulement comment le système de pouvoir qui s’affirme à travers les « moti di Reggio » se perpétue encore aujourd’hui, avec une certaine expansion dans d’autres parties du pays : il montre aussi comment l’alliance entre la ‘Ndrangheta et des activistes de l’extrême droite est à l’origine de certains attentats des années 1970, comme la tuerie de Piazza Fontana.

Séance 5 – Des animaux et des règnes. Hanlai Wu et Giuseppe Vizzini – 21 janvier 2019

MAISON DE LA RECHERCHE – 4 RUE DES IRLANDAIS – SALLE CLAUDE SIMON – LUNDI 21 JANVIER – 17h-19h

Le séminaire de doctorants « Hors la loi » reprend du service et vous propose 6 séances mensuelles pour ce 2e semestre, où nous continuerons d’approfondir les lieux et les figures de la sédition, ainsi que les problématiques inscriptions littéraires de celle-ci.

Lundi 21 janvier, 17h-19h, en salle Claude Simon (Maison de la Recherche) (nous discuterons avec Hanlai WU (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) et Giuseppe VIZZINI (Paris 3 – EHESS). Leurs interventions interrogent les enjeux d’une écriture à la fois au plus près du pouvoir (comme pratique subversive permettant d’en faire éclater l’illégitimité politique), mais aussi au plus loin (par le jeu des relectures et des réécritures, par l’usage de genres littéraires « mineurs », articulant un éthos animal à l’idée d’une faiblesse subversive et d’une sagesse pratiquée « hors du monde »).

1) Hanlai WU : « La spiritualité « chinoise » comme moyen de libération d’après Le singe égal du ciel de Frédéric Tristan »

Dans sa réécriture de la Pérégrination vers l’Ouest, Frédérick Tristan propose un éthos provenant, au premier regard, de la Chine, une nouvelle stylistique de la vie qui est concrétisée par les comportements du Singe égal du ciel. L’agir simiesque « chinois » fait trembler, en un sens, la vérité occidentale. Ce Singe, Hermès (Trismégiste à coup sûr) de Dieu selon l’épigraphe du roman, par sa sagesse acquise à travers maints épreuves et errements, sait désormais aisément se retirer de la dialectique monotone de l’injonction et de la transgression, et démasque le Bouddha christianisé comme le dieu trompeur, d’où le renversement du cartésianisme opéré par l’usage – problématique – de la Chine.

2) Giuseppe VIZZINI : « La lecture de Louis Marin des Fables de La Fontaine et des Contes de Perrault. La prise de parole du faible comme subversion du pouvoir politique »

Existe-il la possibilité d’un retournement des stratégies du pouvoir ? Pourrait-il y avoir une subversion des stratégies représentatives par lesquelles la force se donne une légitimité de droit ? Une possible réponse à ces questions nous est donnée par les analyses que Louis Marin a consacrées aux Fables de La Fontaine et aux Contes de Perrault dans la mesure où ces textes seraient des dispositifs représentatifs – et, donc, performatifs – par lesquels le faible et le marginal déplacent et retournent les stratégies représentatives du pouvoir.

Les interventions seront suivies d’une discussion avec la salle. Les participant.e.s qui le souhaitent sont invité.e.s à nous rejoindre pour le traditionnel verre d’après-séance.

Séance 4 : Amélie Derome & Simon Jardin – 18 décembre 2018

« Traduire la règle et trahir la loi : la traduction anglaise du recueil Voies de disparition de Simon Jardin.

Avec Simon Jardin, auteur de Voies de disparition

et Amélie Derome, traductrice, doctorante en études anglophones, Aix-Marseille Université, LERMA


– CHANGEMENT DE SALLE / HORAIRE : Salle Claude Simon, 4 rue des Irlandais, 17h-19h. 


Les slogans publicitaires se sont emparés de la rime et de la versification, deux procédés que le marché éditorial de la poésie contemporaine tend à rejeter, et dont le jeune poète Simon Jardin se ressaisit dans Voies de disparition, paru le 9 novembre 2018 aux Editions du Cerf. Les auteurs ayant recours aux règles de la poésie qui en formaient jadis la voie royale se voient ainsi relégués aux marges de leur art, accusés de faire fausse route. Il suffirait pourtant d’évoquer les alexandrins rimés du « Condamné à mort » de Jean Genet afin de concilier respect des règles et défiance de la loi.

Si la règle s’oppose ici aux lois de la cité et devient motif d’exclusion, cet exil se redouble au moment de la traduction, lorsque la poésie se retrouve en dehors de sa langue natale. La suprématie est accordée à la langue d’arrivée et les aspérités sont gommées. Si le marché éditorial reconnaît à l’auteur original le droit d’innover, ce privilège est refusé au traducteur, qui doit pleinement embrasser les lois grammaticales de sa langue de rédaction. La violation des exigences du marché éditorial s’exacerbe également, phénomène qui ne surprend guère si l’on s’en réfère à la parenté étymologique de la traduction et de la transgression : suivre la loi de l’auteur implique dès lors de braver celles de l’édition.

Séance 3 : Martin Lamotte (EHESS) : Le liderato des Ñetas

Prison de haute sécurité Oso Blanco, à Rio Piedras

Lundi 3 décembre, de 17h à 19h (4, rue des Irlandais, 75005 Paris). SALLE MEZZANINE (2e étage)

« Loi et écritures de vie en milieu criminel. Le Liderato des Ñetas ou l’écriture de soi du hors-la-loi ». Avec Martin Lamotte (EHESS et laboratoire CITERES).

Martin Lamotte est docteur en anthropologie, et auteur d’une thèse dirigée par Michel Agier et Julie-Anne Boudreau sur le gang transnational des Ñetas. Il s’intéresse aux thèmes de la globalisation, des marges urbaines, des mouvements sociaux et des émeutes, de l’écriture à la marge de l’État et du secret dans le milieu criminel. Il est actuellement chargé de recherche CNRS (UMR 7324 CITERES : Cités, Territoires, Environnement et Société : http://citeres.univ-tours.fr/)

Les recherches actuelles de Martin Lamotte s’appuient sur une ethnographie réalisée sur quatre années auprès des Ñetas. Elles portent spécifiquement sur la mise en écrit d’un récit commun aux membres du gang, sous la forme des récits biographiques de son fondateur. Elle porte aussi sur le rôle que joue la circulation de ce récit dans l’internationalisation des Ñetas. L’étude de la « loi » du gang, prise à la fois comme histoire des idées et descriptions des pratiques, permet d’envisager la loi comme un instrument de production de récit et un genre de récit historique. Ce récit sert de matière pour l’écriture de l’histoire Ñetas et se mêle à l’histoire que les Ñetas font d’eux-mêmes en situation d’exclusion sociale et de criminalisation.

Annonce de la séance 2 : « De la loi hors la loi. L’état d’exception chez Benjamin et Kafka. » Avec Vicente Ordoñez (Université Jaume I de Castellon)

Vicente Ordoñez est docteur en philosophie. Il a soutenu sa thèse à l’Université de Valence et enseigne dans les universités Jaume I de Castellón et Carlos III de Madrid. Il est membre du Centre for Applied Philosophy, Politics and Ethics [CAPPE] de l’ Université de Brighton (Royaume-Uni).

Vicente Ordoñez a publié en 2015 El ridículo como instrumento político aux Presses Universitaires de l’Universidad Complutense de Madrid, pour lequel il a reçu le Prix National de l’Essai de l’Universidad Complutense de Madrid. Il s’intéresse à la relation entre philosophie, esthétique et activisme politique. 

Programme de la séance

L’état d’exception se place hors du système juridique en vigueur tout en émanant de ce même système juridique, auquel il ne cesse jamais d’appartenir. D’après Giorgio Agamben, les mesures exceptionnelles présentent le caractère contradictoire d’« être des mesures juridiques qui ne peuvent pas être comprises dans le domaine du droit ; l’état d’exception apparaît comme la forme légale de ce qui ne peut pas avoir de forme légale ». Le pouvoir souverain, et par conséquent l’État, tient à déterminer de manière définitive ce que sont que l’ordre et la sécurité publique, ainsi que les cas où l’on y porte atteinte, dans quelle situation il faut suspendre totalement la normativité établie et quel est le type d’ordonnancement juridique nécessaire à cet effet. Carl Schmitt ajoute que « l’autorité met en évidence le fait que, pour créer du droit, elle n’a pas besoin d’en avoir le droit ».

Ces définitions renvoient aux observations de Walter Benjamin à propos de l’état d’exception comme dispositif de régulation, ainsi qu’aux réflexions de Kafka autour de la loi, ou à la situation de ceux qui se trouvent bloqués dans les camps de réfugiés.

Annonce de la séance inaugurale : « Aux abords de la loi », le 05/11/2018, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

En présence des organisateurs, Guillermo Héctor et Antoine Ducoux (doctorants en littérature comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, respectivement sous la direction de Tiphaine Samoyault et Florence Olivier).

Cette séance sera l’occasion de présenter le programme et la méthodologie du séminaire. Autour d’un premier groupement de textes, nous réfléchirons sur la spécificité du terme « hors-la-loi » et de son inscription littéraire. Les conflits entre l’individu et la loi, la problématique des « antimondes » sociaux et de l’extériorité constitutive de la figure du « bandit » seront abordées lors de cette première séance.

Inscription sur le Google Form si vous êtes extérieurs à la Maison de la Recherche (la liste reste confidentielle et est transmise à l’accueil pour laisser entrer le public) :
https://goo.gl/forms/sSMKTNkEFxNXa8jv1

Lien vers l’événement Facebook : https://www.facebook.com/events/239500893587075/