Séance 6 : Voleurs de la Belle Epoque – – Lundi 2 mars, 17h-19h en salle Mezzanine, 4 rue des Irlandais

Avec Julie Moucheron – Université Paul Valéry et Cédric Hannedouche, Université d’Artois

La prochaine séance du séminaire Hors la loi, « Voleurs de la Belle Époque » aura lieu le LUNDI 2 MARS de 17h à 19h en salle Mezzanine (Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais). Nous accueillons Cédric Hannedouche (Université d’Artois) et Julie Moucheron (Université Paul Valéry Montpellier 3) pour une séance consacrée au rôle fondamental joué par les figures de voleurs dans le discours littéraire et social au tournant du 20ème siècle.

Très représenté dans le corpus romanesque de la Belle Époque, le voleur est en effet le véhicule privilégie d’un fantasme social d’origine bourgeoise qui en fait celui qui circule de manière fluide entre les classes et les milieux, et dont le corps héroisé échappe aux normes qui s’imposent à l’époque par l’intermédiaire des théories hygiénistes. Présent aussi bien dans les productions d’avant-garde que dans la littérature de masse, il témoigne d’un attrait pour une marge sociale qui fait l’objet de diverses formes de mythification chez les auteurs de l’époque, dans une période où la question des milieux interlopes et leurs « classes dangereuses » inquiète une partie du lectorat qui consomme ces fictions. Le voleur Belle Époque est donc tout autant le produit de son temps, dont il retranscrit les enjeux politiques, qu’une créature littéraire qui, parce qu’elle avance toujours masquée, permet d’interroger certains des mécanismes autoritaires de l’écriture. En effet, sous le masque du voleur c’est bien souvent la figure de l’auteur qui s’invente, qu’elle se pense en rupture avec le système capitaliste qui gagne les milieux artistiques ou qu’elle cherche au contraire à se légitimer au sein de la littérature de masse, à travers des emprunts et des références « sous le manteau » à d’autres fictions, canoniques ou populaires.


Julie Moucheron, dans une intervention intitulée « De Lupin à Darien : de quoi le voleur fin de siècle est-il le nom ? » s’attachera à rendre compte de l’ambiguïté de la figure du voleur dans la période particulière que constitue la fin du 19ème siècle. Le potentiel anarchisant du voleur fin de siècle et son caractère insaisissable en font un vecteur puissant de démystification sociale et littéraire : le cas du Voleur (1897) de Georges Darien en fournira un exemple paradigmatique, propre à questionner la portée politique des fictions de cambriolage.

Cédric Hannedouche analysera de son côté la figure de Lupin, célèbre héros créé par Maurice Leblanc, dans son intervention « Masques et bergamasques. Cambriolages sériels et culturels en littérature populaire ». L’ « homme aux mille visages », spécialisé dans l’usurpation d’identité, est une figure par bien des aspects représentative des modalités d’écriture mises en place par Leblanc : celui qui s’est essayé sans succès dans sa jeunesse aux très légitimes fictions réalistes tisse en effet son écriture d’emprunt divers à des fictions issues aussi bien du patrimoine littéraire que de la littérature dite populaire, jouant ainsi un double jeu culturel qui n’exclue pas l’auto-plagiat et les réécritures diverses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.