Séance 10 : « Quand les monstres font la loi : Sade / Stoker » – Maël Baussand et Amirpasha Tavakkoli – 29 mai 2019

Programme de la séance

— Lundi 27 mai, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon –

Maël BAUSSAND (Paris 3 – CERC) : « Dracula. Mécanique des fluides et roman des angoisses circulatoires »

Amirpasha TAVAKKOLI (EHESS – Cespra) : « De l’interdit au commandement. La démarche sadienne »

Résumé :

La thématique du monstre nous permet de penser les rapports entre littérature et interdit, par la description de fantasmes et de désirs que la loi réprime ou condamne. En rapprochant les figures du marquis de Sade et de Dracula, nos deux intervenant.e.s interrogeront la représentation littéraire de la sexualité monstrueuse et ses rapports avec la norme et la loi.

Dans Dracula, Maël BAUSSAND nous invite à déchiffrer l’apparition, la manipulation symbolique et la circulation des fluides corporels (menstrues, sperme et lait). Le roman représente, en les exacerbant, les croyances misogynes de l’époque de Bram Stoker et les angoisses victoriennes qu’elles véhiculent. Le contrôle et la répression du corps féminin s’y traduisent par la lutte contre le monstre vampirique, incarnation d’une menace venue des marges.

Pour Amirpasha TAVAKKOLI, la transgression de toute loi devient la maxime conductrice dans les romans de Sade, mais elle est essentiellement basée sur le principe de « jouir de l’autre ». Entre l’idéal libertin et l’idéalisation de l’horreur, la sacralisation du mal est-elle un moyen de briser l’emprise des lois morales, ou impose-t-elle un commandement absolu empêchant l’accomplissement d’une éthique libertaire ?

Cette dixième séance nous invite à penser de manière complexe une politique du texte littéraire, où l’inscription du « droit illimité de la monstruosité toute-puissante » (Foucault, La volonté de savoir) génère des effets distincts, entre lignes de fuite – devenir-totalitaire d’une sacralisation de la transgression, – et débordement d’une séduisante et dangereuse « esthétique du trouble », non moins porteuse d’enjeux critiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.