Séance 7 – La loi du désir : corps, genre et identités queer – Sana M’Selmi et Oscar Gamboa – 21 mars 2019

[ATTENTION CHANGEMENT DE DATE : mercredi 27 mars, 17h-19h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais (Paris), salle Claude Simon).

Avec Sana M’SELMI (Paris 3 – CERC) : « Les identités queer au moment de la movida madrilène et du Printemps arabe tunisien : entre réalité et fiction. »
et Oscar GAMBOA (Paris 3 – CRICCAL) : « Corps, genre et désir hors-la-loi dans la littérature vénézuélienne contemporaine. »

Quels sont les rapports qui existent entre la loi, les normes politiques du corps et de la sexualité, et les pratiques qui se situent en dehors de ces normes ? Comment les personnages trans et queer permettent-ils d’interroger la « normalité » de l’hétérosexuel, de l’hétéronormativité, et la transgression de ces normes ? Quels récits nous sont proposés des expériences limites, sur le plan du genre (et de la sexualité), et sur le plan des genres cinématographiques et littéraires ?

Ces questionnements théoriques sont inséparables de leur contextualisation politique et historique, à l’heure où littérature et cinéma accompagnent la quête encore inaccomplie de visibilité, de reconnaissance légale et de légitimité des communautés minorées.
Sana M’SELMI (Paris 3 – CERC) et Oscar GAMBOA (Paris 3 – CRICCAL) nous proposent un itinéraire historique, artistique et critique entre l’Espagne, la Tunisie et le Venezuela contemporains, où nous circulerons entre les domaines de la politique, du droit et des représentations artistiques.

Sana M’SELMI se livrera à une étude comparatiste des identités queer dans les contextes de la « movida » madrilène (marquée par la diffusion du film La loi du désir, de Pedro Almodovar) et du Printemps arabe en Tunisie. Son intervention examine l’évolution des législations relatives aux droits des communautés LGBTQI, en l’articulant à celle des moeurs et celle des représentations cinématographiques de ces communautés, dans un contexte de transition démocratique.


Oscar GAMBOA analysera les oeuvres « Jezabel » de Sánchez Rugeles, et le recueil de nouvelles « En rojo » de Gisela Kozak, à l’aide des instruments critiques proposés par le chercheur Gustavo Forero sur l’anomie dans la littérature à thème criminel en Amérique Latine. La représentation des figures adolescentes et de figures trans ou queer s’articule à une image du Venezuela marquée dans ces récits par un état général d’anomie traversant les domaines érotique et légal, tout en problématisant d’une façon productive les lois et les normes du genre et de la sexualité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.