Séance 6 – Zones grises, marges et pouvoirs criminels en Italie – Francesco Rizzo et Ketty Zanforlini – 25 février 2019

Lundi 25 février 2019, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon

Avec Ketty ZANFORLINI, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 : « Roberto Saviano : la représentation des pouvoirs criminels mafieux et le conflit entre justice et littérature »


et Franceso RIZZO, Université Paris – Sorbonne et Università degli Studi di Roma – La Sapienza : « La « zone grise », des années de plomb jusqu’aujourd’hui : le cas de A schema libero de Lou Palanca »

Le paysage littéraire italien contemporain se caractérise par un brouillage fréquent des canons génériques. Dans quelle mesure ces modes de narration hybrides permettent-ils de dépeindre la « zone grise » dans laquelle se constituent les alliances du crime organisé et du pouvoir politique ? Quel rapport peut-il y avoir entre la conception de la légalité et de l’illégalité lorsque sont minés les fondements d’un système bien défini de lois ? Devant quelles « lois », aussi bien littéraires que juridiques, les oeuvres italiennes contemporaines sur la zone grise deviennent-elles justiciables ?

Ketty ZANFORLINI analysera la façon dont le célèbre Gomorra de Roberto Saviano rend visible une économie submergée et reliée aux dynamiques internationales. Ce système de représentation a conduit l’auteur à adopter une posture originale qui lui a valu d’être impliqué dans plusieurs procès. L’écriture de Roberto Saviano nous permettra d’enquêter sur les liens entre loi littéraire et loi juridique et d’aborder la question du positionnement de l’intellectuel face à l’écriture du « hors-la-loi ». En tâchant de comprendre pourquoi littérature et cadre légal sont rentrés en conflit, nous soulignerons les conséquences du discours de Saviano sur la réception et la critique d’ouvrages qui affrontent une problématique sensible, telle la camorra aujourd’hui.


Francesco RIZZO analysera, dans le roman A schema libero du collectif d’écrivains calabrais Lou Palanca, la représentation de la « zone grise » dans laquelle la ‘Ndrangheta, les services secrets et les hommes de l’extrême droite se rencontrent pour nouer des accords et redéfinir ainsi un système de pouvoir. Ces pouvoirs ne représentent pas vraiment des visions du monde mais plutôt des intérêts particuliers. L’ouvrage ne montre pas seulement comment le système de pouvoir qui s’affirme à travers les « moti di Reggio » se perpétue encore aujourd’hui, avec une certaine expansion dans d’autres parties du pays : il montre aussi comment l’alliance entre la ‘Ndrangheta et des activistes de l’extrême droite est à l’origine de certains attentats des années 1970, comme la tuerie de Piazza Fontana.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.