Séance 4 : Amélie Derome & Simon Jardin – 18 décembre 2018

« Traduire la règle et trahir la loi : la traduction anglaise du recueil Voies de disparition de Simon Jardin.

Avec Simon Jardin, auteur de Voies de disparition

et Amélie Derome, traductrice, doctorante en études anglophones, Aix-Marseille Université, LERMA


– CHANGEMENT DE SALLE / HORAIRE : Salle Claude Simon, 4 rue des Irlandais, 17h-19h. 


Les slogans publicitaires se sont emparés de la rime et de la versification, deux procédés que le marché éditorial de la poésie contemporaine tend à rejeter, et dont le jeune poète Simon Jardin se ressaisit dans Voies de disparition, paru le 9 novembre 2018 aux Editions du Cerf. Les auteurs ayant recours aux règles de la poésie qui en formaient jadis la voie royale se voient ainsi relégués aux marges de leur art, accusés de faire fausse route. Il suffirait pourtant d’évoquer les alexandrins rimés du « Condamné à mort » de Jean Genet afin de concilier respect des règles et défiance de la loi.

Si la règle s’oppose ici aux lois de la cité et devient motif d’exclusion, cet exil se redouble au moment de la traduction, lorsque la poésie se retrouve en dehors de sa langue natale. La suprématie est accordée à la langue d’arrivée et les aspérités sont gommées. Si le marché éditorial reconnaît à l’auteur original le droit d’innover, ce privilège est refusé au traducteur, qui doit pleinement embrasser les lois grammaticales de sa langue de rédaction. La violation des exigences du marché éditorial s’exacerbe également, phénomène qui ne surprend guère si l’on s’en réfère à la parenté étymologique de la traduction et de la transgression : suivre la loi de l’auteur implique dès lors de braver celles de l’édition.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.